dimanche 25 mai 2025

BIENVENUE SUR MARLA'S MOVIES


DERNIERS ARTICLES

 

     
    

MEILLEURS FILMS DU MOMENT


 



JEUX-CONCOURS


 

   

samedi 21 juillet 2018

JURASSIC WORLD 2, FALLEN KINGDOM : SACRÉ DINO DES BOIS





Par Tim Bullock


Jurassic World 2 se déroule trois ans après le désastre du parc, survenu dans Jurassic World. Claire Dearing (Bryce Dallas Howard), qui s’occupe d’une association pour la protection des dinosaures, est contactée par un ancien associé de John Hammond, fondateur du parc originel. Elle est conviée à participer, avec Owen Grady (Chris Pratt), à une opération de sauvetage sur Isla Nublar. L’île va en effet être détruite par une éruption volcanique, et il faut donc amener les espèces sauvées dans un sanctuaire. Sauf que l’opération ne se déroule pas du tout comme prévu.

Owen Grady (Chris Pratt) et Claire Dearing (Bryce Dallas Howard) dans Jurassic World 2 : Fallen Kingdom, réalisé par Juan Antonio Bayona (2018)
Owen Grady (Chris Pratt) et Claire Dearing (Bryce Dallas Howard) dans Jurassic World 2 : Fallen Kingdomréalisé par Juan Antonio Bayona (2018)

Trahis, Claire et Owen se trouvent opposés à des personnes sans scrupules. 


La deuxième saga prend son indépendance



Une fois n’est pas coutume, avec Jurassic World : Fallen Kingdom, voici une suite meilleure que le premier volet. L’histoire est menée tambour battant mais ne sacrifie pas le scénario au rythme. Le spectateur n’a pas que les excellents effets spéciaux à se mettre sous la dent.

Les héros de Jurassic World 2 ne s'amusent pas, les responsables des effets spéciaux, si.
Les héros de Jurassic World 2 ne s'amusent pas, les responsables des effets spéciaux, si.

Ensuite, il est appréciable de voir assumer la filiation non seulement avec l’opus précédent mais surtout avec le premier volet de 1993 (filiation point du tout servile, comme avait pu le commettre Jurassic World). Quelque part, en se servant ainsi du passé, Jurassic World 2 clôt une époque. Bien que déjà apparents avec Jurassic World, largement un remake – pas vraiment assumé – du premier Jurassic Park, les éléments nouveaux sont davantage présents. Ils aident à mieux ancrer le film dans son époque. De multiples références à feu M. Hammond parsèment Jurassic World 2Symptomatique est le retour de Ian Malcolm (Jeff Goldblum) dans une posture de "sage" très critique. La mise en scène le place dans la position d’oracle ou de semeur de malédiction.  

Ian Malcolm (Jeff Goldblum) dans Jurassic World 2, réalisé par Juan Antonio Bayona (2018)
Ian Malcolm (Jeff Goldblum) dans Jurassic World 2

On a désormais une saga composée d’une première trilogie qui forme un tout et une seconde trilogie (Jurassic World 3 est déjà en chantier et devrait sortir en 2021) en formation indépendante de la première. Ce "passage de témoin" est illustré par les places respectives du tyrannosaure, abusivement appelé "T-Rex", et du vélociraptor, là encore raccourci en "raptor" et même familièrement baptisée "Blue" pour l’une d’entre eux. Alors que le premier était la figure de proue de Jurassic World, il n’est pratiquement plus qu’une silhouette stylisée dans le titre de Jurassic World 2 et le logo du parc.


Capitalisme, j'écris ton nom


La place de l’argent est interrogée. Certes, elle n’a jamais été ignorée puisque Jurassic Park a toujours été une opération mercantile, mais ici, on va plus loin encore avec un dinosaure vu désormais comme un placement qui doit être rentable !



Gunnar Eversol (Toby Jones) dans Jurassic World 2 : Fallen Kingdom
Gunnar Eversol (Toby Jones) dans Jurassic World 2 : Fallen Kingdom


Quelque part, c’est choquant mais c’est logique à l’échelle du film puisque le dinosaure est devenu un animal comme un autre. La question de sa protection va de pair avec celle de sa marchandisation, à l’instar du tigre ou de la baleine, ce qui montre une sensibilité des auteurs avec le thème du capitalisme déréglé.


Une nouvelle identité visuelle


Pour renouveler la saga Jurassic World, il fallait du sang neuf (et pas seulement métaphoriquement comme en témoigne une scène à la fois drôle et sérieuse), et le choix fait a été d’injecter un peu du genre horrifique dans une saga qui demeure fondamentalement de la Science-Fiction. Est-ce pour cela que Juan Antonio Bayona a été choisi, l’Espagne étant un bastion du film d’horreur ? Dans son excellent Quelques minutes après minuit, Bayona n’hésitait pas à flirter avec l’horreur pour parler de contes aussi cruels que cathartiques sur le deuil maternel.


Le Monstre (Liam Neeson) de Quelques minutes après minuit (2017), réalisé par Juan Antonio Bayona, réalisateur de Jurassic World 2 : Fallen Kingdom
Le Monstre (Liam Neeson) de Quelques minutes après minuit (2017), réalisé par Juan Antonio Bayona, réalisateur de Jurassic World 2 : Fallen Kingdom

Ce parti pris relativement sombre (Bayona a mis en place l’identité visuelle de la série gothique Penny Dreadful en réalisant ses deux premiers épisodes) fonctionne très bien avec Jurassic World 2. Même la quasi figure obligée du nouveau monstre se voit traitée sous cet angle. La scène dans la cage est à ce titre exemplaire en matière de montée de tension ! 


Dangers d'une science déifiée

Cette séquence fait figure de fil rouge de la saga tout en illustrant sa progressive mutation. C’est la recherche génétique qui a permis de "re-créer" les dinosaures. À partir du moment où l’on savait faire ce qui avait déjà existé, inventer ce qui n’existait pas encore n’était qu’une question de temps. En creux, cela pose la question de la responsabilité scientifique. Est-ce parce que l’on sait faire que l’on doit faire ?

"Science sans conscience n’est que ruine de l’âme" écrivait Michel de Montaigne au XVIe siècle. 

Jurassic World 2 est une troublante illustration qu’il n’y aurait rien à changer à ces mots aujourd’hui !


Comment actualiser Montaigne en 2018 ?
Comment actualiser Montaigne en 2018 ? 


Quelque part, Jurassic World 2, encore un peu plus que les autres, nous invite à méditer sur la figure du savant et de ce que l’homme peut faire au nom d’une science divinisée. Quelle différence entre le chercheur Henry Wu, incarné par B.D Wong (une figure récurrente de la saga), et Faust ou Frankenstein ? L’amour de l’argent peut-être. Un autre maître exigeant. 

Henry Wu (B.D. Wong) dans Jurassic World 2 : Fallen Kingdom
Henry Wu (B.D. Wong) dans Jurassic World 2 : Fallen Kingdom


Il peut paraître surprenant de trouver une certaine connotation biblique dans cet opus. On commence avec le titre du film "Fallen Kingdom" ; la traduction littérale serait certes "royaume perdu" mais, de royaume à paradis, il n’y a qu’un pas. Le nouveau monstre de Jurassic World 2 reçoit un nom puisqu’il s’agit d’une nouvelle création, or le pouvoir de nommer les créatures a été explicitement donné à Adam pour en faire le gardien de la Création (Gn 2, 19-20) ou le maître (Gn 1, 28). En se donnant le pouvoir de créer la vie, les savants de la saga se posent en rivaux de Dieu, et tel Lucifer, payent le prix de leur orgueil.


Le livre de la Genèse, inspiration cachée de Jurassic World 2 ?
Le livre de la Genèse, inspiration cachée de Jurassic World 2 ?

En outre, le navire chargé du sauvetage s’appelle l’Arcadia, et l’Arcadie était, dans la mythologie grecque, un endroit édénique. Le co-scénariste Derek Connelly avait d'ailleurs co-écrit Kong : Skull Island, qui mettait aussi en scène un Eden primitif. Le sauvetage organisé par Claire et Owen est d’ailleurs limité à un certain nombre d’animaux, ce qui se rapproche de la consigne donnée à Noé. Comparaison renforcée par les caves du manoir qui ont une ressemblance avec les cales d’un navire.



Une autre vision de l'héroïsme


Le couple vedette est toujours aussi attachant et fonctionne aussi bien. Certes, les séparer en début de film fait sourire tellement c’est une ficelle convenue. Tout juste peut-on trouver que Bryce Dallas Howard est un peu moins présente dans l’action que Chris Pratt. Le jeune scientifique, Franklin (Justice Smith), agace assez vite même s’il se montre globalement utile, en tout cas moins que son homologue féminin, Zia (Daniella Pineda).



Ken Wheatley (Ted Levine) et Zia Rodriguez (Daniella Pineda) dans Jurassic World 2 : Fallen Kingdom
Ken Wheatley (Ted Levine) et Zia Rodriguez (Daniella Pineda) dans Jurassic World 2 : Fallen Kingdom


On remarque ainsi un dédoublement du couple principal. Jurassic World 2 trouve ainsi un moyen plus pratique pour multiplier les scènes d’action et les morceaux de bravoure, même si cela ne fonctionne pas toujours.

Ainsi, sur l’Isla Nublar, Chris Pratt et Bryce Dallas Howard sont plus gênés par leurs "aides" dont on soupçonne qu’ils sont surtout là pour le "jeune public" ainsi que pour donner de la visibilité aux minorités (Hollywood change, mais ne sait visiblement pas encore comment intégrer les minorités sans paraître artificiel). Intéressantes aussi les interrogations que se posent Owen et Claire sur le sens de leur action, sur les conséquences de leurs actes.


Owen Grady (Chris Pratt) et Claire Dearing (Bryce Dallas Howard) dans Jurassic World 2 : Fallen Kingdom
Owen Grady (Chris Pratt) et Claire Dearing (Bryce Dallas Howard) dans Jurassic World 2 : Fallen Kingdom


Jurassic World 2 n’est pas un vulgaire film d’action/aventure mais aussi une prolongation réussie de la réflexion sur l’impact de l’homme sur la Nature entamée avec le premier Jurassic Park. Ni Claire, ni Owen – sorte de "nouveau premier couple" – ne se considèrent comme des "maîtres" mais davantage comme des "serviteurs". Leur humilité foncière, leur altruisme ; voilà ce qui fait d’eux des héros.

Une suite meilleure que le premier


Jurassic World 2 s’impose comme un blockbuster abouti et fin, supérieure au premier volet. Le final est imprévisible en plus d’être riche en révélations et en émotions.


Juan Antonio Bayona, réalisateur de Jurassic World 2 : Fallen Kingdom
Juan Antonio Bayona, réalisateur de Jurassic World 2 : Fallen Kingdom


Après cette réussite, il n’y a plus qu’à attendre la suite, et voir si la nouvelle saga confirmera les promesses de ce deuxième volet.


Un avis, une réaction ? Dites-le commentaire !



Ça peut vous plaire :



  



vendredi 20 juillet 2018

PARVANA LÈVE LE VOILE SUR L'AFGHANISTAN







Pour Typhaine

Kaboul, de nos jours. Parvana voit son père emmené par les soldats. Elle, sa mère, sa sœur et son très jeune frère se retrouvent seuls dans leur modeste maison.

Sous le régime taliban, sans un homme pour les accompagner, les trois femmes ne peuvent pas même aller faire leurs courses.

Seule solution pour survivre : se déguiser en garçon. C'est le choix de Parvana.




Difficile de ne pas penser à Yentl, juive du début du XXe siècle qui décide de se travestir, non pas pour survivre mais pour étudier, ce qui pour elle revient au même.






Parvana devient donc l'homme de la maison, le breadwinner, titre original du film en anglais, littéralement, celle qui gagne le pain. Titre bien choisi lorsque l'on sait que breadwinner désigne, dans l'inconscient collectif de notre société patriarcale - un homme.

Le breadwinner sera une breadwinneuse.

Difficile aussi de ne pas penser au Persepolis de Marjane Satrapi : pour la réalisatrice et dessinatrice iranienne, l'homme qui manquait, ce n'était pas le père mais l'oncle, lui aussi arrêté pour d'obscures raisons. 







C'était l'Iran et non l'Afghanistan, mais pour Marjane comme pour Parvana, la vie est rude si l'on naît femme.

Je ne vous dirai rien du conte dans le conte dont la fin émeut aux larmes, et la jolie mise en abîme qui en découle.

Je ne vous dirai pas que certains moments rappellent Michel Ocelot, qui sortira d'ailleurs une nouvelle animation prochainement. Une petite fille, Dilili, se bat contre des kidnappeurs de fillettes, les "Mâles-Maîtres
." Prometteur.






Allez voir Parvana. Son histoire résonne jusque dans les cinémas parisiens, et c'est une chance inouïe. Le film fait mal jusqu'en France, oui, car à une époque pas si lointaine (les années 50 pour ne rien vous cacher), se promener seule si l'on était femme était mal vu. Même si l'on ne réglait pas l'affaire par le bout du fusil, une femme sans mari n'existait pas vraiment (lisez Yourcenar.)






Les connards ont beau dire aux féministes : "estimez-vous heureuse d'être née en France, et non en Afghanistan où naître femme est un crime en soi."

Je ne "m'estime pas
heureuse. On est heureuse ou on ne l'est pas. Et concernant le droit des femmes, je ne le suis pas. Je le serai quand la victoire sera nôtre. Et ce n'est pas demain.

Je le serai quand la victoire sera leur. Et j'ignore si je serai là pour la célébrer avec elles.



Ça peut vous plaire :



      


lundi 21 mai 2018

DEADPOOL 2 : VIVRE POUR SURVIVRE


Deadpool (Ryan Reynolds) dans Deadpool 2 réalisé par David Leitch (2018)







Par Clément


L'Enfant sauvage


La tragédie s'abat sur Wade Wilson, alias Deadpool (Ryan Reynolds), super-héros indestructible et totalement cramé du bulbe. Enrôlé comme stagiaire chez les X-Men pour surmonter son chagrin, Deadpool est amené à gérer une négociation avec Russell, alias Firefist (Julian Dennison), un jeune enfant mutant victime de mauvais traitements de la part du directeur sadique de son orphelinat (Eddie Marsan). Russell est en effet en train de péter un câble. Deadpool fait dégénérer la négociation et il est fait prisonnier avec Russell dans une prison de haute sécurité où on leur met des colliers pour annihiler leurs pouvoirs.


Russell alias Firefist (Julian Dennison) dans Deadpool 2, réalisé par David Leitch (2018)
Russell alias Firefist (Julian Dennison) dans Deadpool 2, réalisé par David Leitch (2018)

C'est alors que Cable (Josh Brolin), autre super-héros pas content, revient du futur, il est là pour tuer John Connor, euh pardon Russell, qui va virer psycho dans le futur. Libéré, Deadpool recrute la X-Force, une galerie de super-héros désœuvrés pour affronter à la fois Russell et Cable, dont fait partie Domino (Zazie Beetz) qui a le superpouvoir de bénéficier de coups de chance totalement improbables. Deadpool espère par ce travail oublier son chagrin.


Vous avez dit méta ?


Dans une oeuvre littéraire ou audiovisuelle, la question du méta-récit se pose souvent. L'oeuvre qui s'inscrit dans un ou plusieurs genres peut avoir l'ambition de questionner les codes de ces genres. Ainsi, le lecteur/spectateur est confronté à une réflexion sur son statut, celui des auteur.e.s, sur l'oeuvre qu'il est en train de consommer. C'est le méta-récit.


On peut par exemple casser le quatrième mur, c'est-à-dire s'adresser directement (en paroles ou en actes) au public en suspendant temporairement la fiction ; ou de manière plus virtuose, en intégrant le lecteur à la fiction. Au cinéma, le quatrième mur brisé se retrouve dès le cinéma muet, notamment avec le fameux plan final du Vol du grand rapide où un bandit pointe son révolver face à la caméra face au spectateur, et tire, comme pour sortir le spectateur de sa position de voyeur (effet repris dans l'ultime plan du finale de la saison 3 de Breaking Bad).


Justus D. Barnes tire sur le spectateur à la fin du Vol du grand rapide, réalisé par Edwin S. Porter et Wallace McCutcheon (1903)
Justus D. Barnes tire sur le spectateur à la fin du Vol du grand rapide, réalisé par Edwin S. Porter et Wallace McCutcheon (1903)

Mais bien d'hommes et de femmes de lettres réfléchissent à d'autres moyens plus sophistiqués. Ainsi, l'idée d'un personnage qui sait qu'il est un personnage, qui vit ses aventures en ne perdant jamais qu'il navigue dans des péripéties et les codes éprouvés d'un genre, qui en interroge la pertinence, est une arme redoutable entre les mains de scénaristes habiles. Dan Harmon, sans doute l'un des meilleurs maîtres du méta-récit contemporain, a livré deux exemples récents avec le Abed de Community, et le Rick de Rick et Morty.


Abed (Danny Pudi) dans Community, série créée par Dan Harmon (2009-2015)
Abed (Danny Pudi) dans Community, série créée par Dan Harmon (2009-2015)



Deadpool : acteur et critique à la fois

Dans le Marvel Cinematic Universe, cette place est dévolue à Deadpool. Créé par Rob Liefeld et Fabian Nicieza, c'est le super-héros le plus givré de l'histoire des comics américains (à égalité avec le trop méconnu The Tick). Deadpool a un cerveau perpétuellement en roue libre, ce qui le rend instable, dangereux, sanglant (le gore juteux est toujours de la partie), et amateur d'humour noir, scato, débile, burlesque. Surtout, il sait qu'il est un personnage, qui vit dans un univers créé de toutes pièces. Aussi, les aventures de Deadpool sont en même temps des aventures de super-héros, et leur propre parodie.



Deadpool, cela fait combien de temps ? Depuis le tome 16. Le quatrième mur prend cher avec Deadpool.
Deadpool, cela fait combien de temps ? Depuis le tome 16. Le quatrième mur prend cher avec Deadpool.

Deadpool 2 est présenté par son héros comme un film familial. Effectivement, on trouve un enfant à sauver, un héros très attaché à son couple avec Vanessa (Morena Baccarin, toujours somptueuse), une exaltation des valeurs de la famille, celle que forment les amis, l'alliance entre deux ennemis face à un mal plus grand, une morale rassurante... oui, le film coche les cases du film familial, mais c'est mieux pour les ventiler façon puzzle. Les scénaristes Rhett Reese et Paul Wernick l'ont bien compris et s'en donnent à cœur joie. A cette échelle, les peu moralistes Gardiens de la Galaxie sont les seuls chez Marvel à revendiquer ce côté sale gosse.

Les autres gosses mal élevés de Marvel : les Gardiens de la Galaxie
Les autres gosses mal élevés de Marvel : les Gardiens de la Galaxie


J'avais été un peu déçu par le premier Deadpool, car le côté déjanté du personnage me semblait être plaqué maladroitement sur un scénario banal : le genre super-héroïque se voyait à peine égratigné, tandis que les personnages étaient tous autant de fantômes derrière le héros. Mais qu'en est-il donc de Deadpool 2 ?


Ça commençait mal


Le premier acte de Deadpool 2 m'a laissé sur ma faim, car j'y voyais tous les défauts du premier film. Passons sur la relative édulcoration du héros par rapport aux comics (disparition de sa schizophrénie, hétéronormativité d'un personnage pansexuel...), plus ou moins indispensable à Hollywood. On retrouve une certaine paresse des scénaristes sur l'originalité du sujet (Deadpool 1 : Deadpool veut se venger et tuer tout le monde ; Deadpool 2 : Cable et Russell veulent se venger et tuer tout le monde), 
action sacrifiée uniquement pour filmer notre héros sous toutes les coutures, choix narratifs discutables (Vanessa exclue de l'action).


Vanessa Carlysle alias Copycat (Morena Baccarin) dans Deadpool 2, réalisé par David Leitch (2018)
Vanessa Carlysle alias Copycat (Morena Baccarin) dans Deadpool 2

On trouve en effet chez les films Deadpool une tendance à s'auto-congratuler, et se reposer sur sa couronne de lauriers "je suis anticonformiste, bitch !" Même le quatrième mur cher à Deadpool, si drôle soit-il, demeure un ornement, il n'a pas l'impertinence d'un Dan Harmon, ou d'un Kurt Vonnegut. Ces défauts sont accentués dans Deadpool 2 car le premier film avait au moins l'excuse de présenter un super-héros qui n'est pas le plus connu du grand public, et de se plier à l'exercice fastidieux de l'Origins Story. Les X-Men reviennent faire de la figuration sinistre (le couple lesbien Negasonic-Yukio se contente de faire acte de présence).

Shiori Kutsuna (Yukio) et Brianna Hildebrand (Negasonic Teenage Warhead) dans Deadpool 2
Shiori Kutsuna (Yukio) et Brianna Hildebrand (Negasonic Teenage Warhead) dans Deadpool 2


Une fois que l'on a dit ça, il est temps de passer à la plus grande réussite de Deadpool 2 : un humour dynamitant les codes du genre en profondeur.


Un humour enfin transgressif


A partir du 2e acte, Deadpool 2 bascule soudain : les codes et le ton de chaque scène à venir (baston, émotion, suspense...) vont être balayés par un humour tornade, typique d'un méta-récit ironique. Si on a souvent critiqué le MCU pour son recours à un humour gentillet venant désamorcer l'intérêt de leurs films (Thor Ragnarok a pris cher), l'humour permanent de Deadpool 2 est au contraire bien inséré dans la trame. Chaque péripétie se voit réarrangée pour le meilleur et pour le fun. La recette de Deadpool 2 est simple : chaque scène va aller d'un point A à un point B pré-identifiés d'avance, sauf que le chemin qui y va, est lui totalement délirant !



Deadpool (Ryan Reynolds) dans Deadpool 2
Deadpool (Ryan Reynolds) dans Deadpool 2


Comme exemples : le sacrifice normalement progressif d'une équipe partant au combat est expédié en une scène alignant les morts stupides à la Dead Like Me, la réunion des héros au début du 3e acte voit sa solennité joyeusement sabotée par un gag débile qui s'étire juste comme il faut, le super-pouvoir de Domino permet aux auteurs d'enchaîner les raccourcis scénaristiques et autres coïncidences énormes sans être taxé de paresse. La chance de Domino rivalise sans peine avec le Générateur d'Improbabilités de H2G2, le Guide du Voyageur Galactique (Domino à bord du Cœur en Or ferait basculer la Voie Lactée dans une autre dimension).

Domino (Zazie Beetz) dans Deadpool 2
Domino (Zazie Beetz) dans Deadpool 2


Même la grande baston finale est mitraillée par une chorégraphie aussi haletante que rigolote. Toutes ces transgressions servent de méta-récit au genre super-héroïque, plus grand que la vie, mais à l'esprit souvent binaire et grandiloquent. La tornade d'humour s'amuse, mais sérieusement, des conventions du genre.


Plus drôle que le premier

Le plus extraordinaire tient en le prodigieux crescendo d'humour de Deadpool 2. Plus le film avance, plus les gags s'accélèrent, dans une mécanique impeccable. Les auteurs n'oublient pas de monter les enjeux à la même vitesse, faisant du 2e et 3e acte de Deadpool 2 une formidable comédie d'action qui casse tous les codes du film d'action. La scène du camion, filmée magistralement par un David Leitch qui renouvelle les exploits visuels d'Atomic Blonde (dont la réalisation était le seul point fort de ce film sans âme), est le clou du film par son adrénaline pure, et ses 15 gags à la minute. Le film est bien plus fou que le premier opus.



Deadpool (Ryan Reynolds) dans une situation qui ne pouvait arriver qu'à lui dans Deadpool 2
Deadpool (Ryan Reynolds) dans une situation qui ne pouvait arriver qu'à lui dans Deadpool 2


Le film trouve une double apothéose finale, qui achève de subordonner la narration à l'humour. La mort d'un personnage voit son l'émotion passée à la presse hydraulique. Surtout, les ultimes scènes post-génériques se payent une audace à la Dallas avec une audace narrative du même calibre, avant un ultime plan qui entre directement dans le top 5 des scènes d'autodérision les plus réussies du cinéma (je ne pouvais plus respirer tant j'avais les côtes serrées).

Le petit budget du premier Deadpool avait pénalisé le film, Tim Miller ne pouvait cacher malgré ses efforts une certaine indigence (surtout dans les décors tristes de la scène finale). Grâce à un budget gonflé et la maîtrise d'un réalisateur plus rompu à l'exercice, Deadpool 2 masque une production moins fastueuse que celle des autres super-héros. On a du grand spectacle comme on aime.



Cable (Josh Brolin) et Deadpool (Ryan Reynolds) ont une légère divergence d'opinion dans Deadpool 2
Cable (Josh Brolin) et Deadpool (Ryan Reynolds) ont une légère divergence d'opinion dans Deadpool 2


Ryan Reynolds survolté


L'atout maître du premier film, Deadpool lui-même, est employé comme il se doit : c'est à dire non-stop. Deadpool est comme le monstre de Frankenstein de la pop culture : référencé en permanence, mais pervertissant sans cesse ces clins d'oeil à seule fin de les désacraliser. Deadpool ne crache pas sur la pop culture, mais sa conscience méta fait qu'il a le recul pour s'en moquer, surtout de la "concurrence" - cela est net dès la toute première image du film. Il multiplie les massacres gores sur des chansons décalées - on n'écoute plus 9 to 5 de Dolly Parton de la même façon - se paye la tête des scénaristes eux-mêmes, et s'amuse plusieurs fois avec le quatrième mur, prétexte à des commentaires ironiques sur l'action en cours (la vanne sur DC est irrésistible).



Deadpool et la X-Force dans Deadpool 2. Leur dicton : Protéger et faire rire. Le "Protéger" est optionnel
Deadpool et la X-Force dans Deadpool 2. Leur dicton : Protéger et faire rire. Le "Protéger" est optionnel

Deadpool n'est jamais aussi enthousiasmant que lorsqu'il donne libre cours à son humour cramé et vert. Le one-man-show du premier film continue, avec en prime une plus grande attention accordée aux seconds rôles, notamment la tonique Domino (et son actrice irrésistible) et le minéral Cable (le monolithique Josh Brolin apporte un humour pince-sans-rire en contrepoint au loufoque de Deadpool).

Le Terminator local : Cable (Josh Brolin) dans Deadpool 2
Le Terminator local : Cable (Josh Brolin) dans Deadpool 2


Reynolds se démultiplie, que ce soit en participant directement à l'écriture (il est crédité comme scénariste à part entière dans ce deuxième volet, ce qui n'était pas le cas du premier), ou par la promotion tapageuse et permanente de "son" film qu'il porte à bout de bras - les promo sur les réseaux sociaux ont été épiques. On sent que l'acteur a trouvé le rôle de sa vie, ce rôle qu'il n'a pas cessé de pousser au cinéma depuis des années, un rôle si régalant à faire. Deadpool est certes souvent sous son masque, mais Reynolds maîtrise à un tel point les modulations de sa voix, et ses expressions corporelles, toujours en surtension, que l'acteur n'en accomplit pas moins une fantastique partition.

Ryan Reynolds, interprète de Deadpool
Ryan Reynolds, interprète de Deadpool


Mais il serait injuste de cantonner Deadpool au rigolard de service, car Deadpool 2 nous offre une nouvelle facette de sa personnalité, plus sombre, plus proche des comics. Son instinct de mort, ses pulsions d'autodestruction, sont bien présentes, ce qui rend les scènes avec Vanessa émouvantes. Ces scènes, où Reynolds joue sans masque ni maquillage, humanisent un personnage plus déchiré qu'il y croirait.


Tout n'est que farce


S'il charrie encore quelques défauts du premier film, avec un récit très conventionnel sur le fond, en dissonance avec un héros aussi méta, Deadpool 2 se rattrape totalement sur la forme. L'humour ne cesse d'enfler jusqu'à la fin, faisant déraper dans le burlesque chaque scène qui tente de se prendre au sérieux.



David Leitch, réalisateur de Deadpool 2
David Leitch, réalisateur de Deadpool 2

L'imprévisibilité de chaque scène rend le film constamment surprenant et hilarant, malgré un premier acte moins fou. Encore meilleur que le premier, Deadpool 2 est un cocktail de fun et d'action trépidante à recommander chaudement, tout en étant une critique maligne des films familiaux et super-héroïques.


Un avis, une réaction ? Dites-le commentaire !

Ça peut vous plaire :