mercredi 27 août 2014

MORTDECAI, LA BANDE ANNONCE : DE JOHNNY DEPP À JOHN CLEESE










Premières images de la bande annonce: talons hauts, façon Almodovar.




L'actrice évoque d'ailleurs les femmes du réalisateur espagnol: brune, élégante, le rouge aux lèvres et la fleur dans les cheveux contrastant avec le noir du chignon et de la robe. 


En avant la musique 




Pour la bande originale, la voix soul sur une chanson jazzy de Shirley Bassey, "Big Spender," (gros dépensier / flambeur, en anglais) laisse présager un personnage hors-norme, extravagant, d'une joyeuse exubérance.



Ce choix musical n'est pas sans rappeler les anciennes BO de James Bond, comme le Goldeneye chanté par Tina Turner.






La promesse "Il vous électrisera" peut évoquer Arsène Lupin au spectateur francophone. Selon la chanson de Jacques Dutronc, il s'agit d'un gentleman cambrioleur qui "détrousse une femme en lui faisant porter des fleurs."





Et voici que le résumé (d'une ligne) sur Allociné arrange bien mes affaires: 

Mortdecai tente de mettre la main sur un tableau volé qui contiendrait le code correspondant à un compte bancaire nazi.

Ah... Doit-on s'attendre à de la politique-fiction farfelue, comme dans Inglorious Basterds, où Tarantino réécrivait à sa manière (jubilatoire) la Seconde Guerre Mondiale ?




Peut-on espérer une comédie burlesque à la Mr Bean, où Rowan Atkinson courait lui aussi après un célèbre tableau ?





Du moment que l'on ne nous sert pas une nouvelle version de The Monuments Men, tout ira bien.



Le plan rapide sur la salle des ventes présage peut-être d'une scène hilarante à l'instar de celle de La Mort aux Trousses, où Cary Grant surenchérit de façon délirante ?


Escroc, mais pas trop


Curieux nom, tout d'abord, Mortdecai. Il sonne tantôt comme Mordechai, personnage biblique, tantôt comme une version comique de Voldemort, (JK Rowling cherchait un nom "qui évoque à la fois le pouvoir et l'exotisme," comme elle l'a expliqué quand elle a reçu la Légion d'honneur.)

Il est possible que l'auteur de la série Mortdecai, Kyril Bonfiglioli, ait cédé à la tentation d'un nom à la sonorité française car la France a toujours été, aux yeux des britanniques, symbole d'élégance et de raffinement. 



Kyril Bonfiglioli a donc écrit une série policière comique dans les années 70, où un certain Mortdecai, aristocrate fantaisiste et marchand d'art peu scrupuleux, vit des aventures (ou plutôt des mésaventures) rocambolesques. Anti-héros attanchant, le personnage a un côté Woody Allen dans Prends l'oseille et tire-toi.




L'auteur de la série, malgré son nom exotique, est né dans le Sussex (d'un père italien et d'une mère anglaise) et son oeuvre fait montre d'un humour très britannique, à l'image de PG Wodehouse qu'il admirait beaucoup. Il faut sans doute voir dans le valet de chambre de Mortdecai un alter ego de Jeeves.

D'où l'accent british de Johnny Depp dans ce nouveau film, entouré de plusieurs célébrités britanniques, comme Ewan McGregor.


La "balle perdue" de cette bande annonce et le flegme avec lequel Mortdecai prend son erreur est proche de l'humour anglais qui a fait la réputation de John Cleese dans les Monthy Python et Un Poisson Nommé Wanda.





John Cleese, figure emblématique de la comédie britannique


Une ou deux James Bond girls illuminent le film, et Mortdecai annonce son nom à la réception comme s'il était  James Bond lui-même. Et des faux James Bond au cinéma, il y en a eu un paquet.


Le même Rowan Atkinson a incarné Johnny English, agent pas très secret.





Leslie Nielsen a lui aussi proposé sa version d'un James Bond burlesque.






Mortdecai, comédie British ?


Dans la bande annonce de Mortdecai, on découvre une blague de potache qui rapproche Johnny Depp de Jim Carrey, un contraste attendu entre l'élégance à l'anglaise et la démesure américaine, un autre entre le physique de Mortdecai et de son homme de main: pas de doute, nous sommes dans une comédie. 


Deux américains, l'un réalisateur, David Koepp, né dans le Wisconsin, l'autre acteur, Johnny Depp, né dans le Kentucky, vont donc tenter de nous séduire avec ce personnage british haut en couleurs.


La bande annonce est prometteuse, mais il faut espérer que Mortdecai n'ait pas le même défaut que Duo d'escrocs, sorti récemment: imiter l'humour décapant des Monthy Python, de La Panthère Rose ou d'Un Poisson nommé Wanda, sans les égaler.




D'accord, pas d'accord avec l'article ? Postez un commentaire !




Ça peut vous plaire:



  


Légende

Chef d'oeuvre orange star.jpgorange star.jpgorange star.jpgorange star.jpg Très bon


orange star.jpg
orange star.jpgorange star.jpg Pas mal
orange star.jpgorange star.jpg Moyen

orange star.jpg Pas bon À hurler !