mardi 13 janvier 2015

SOUVENIRS DE MARNIE: ELLE EST D'AILLEURS











Bijou de beauté et de poésie, Souvenirs de Marnie nous prouve à nouveau la maestria nippone pour conter une histoire à la lisière du fantastique, avec un sens inégalé des couleurs et de la lumière.

Anna aime dessiner. Elle est solitaire et fragile. Ses parents adoptifs l'envoient chez ses oncle et tante, au grand air. Elle rencontre alors une petite fille de son âge, Marnie, qui habite la maison des marais. 



Chaque plan du film de Hiromasa Yonebayashi est une aquarelle. Si vous avez aimé Le Voyage de Chihiro (sur lequel Yonebayashi a d'ailleurs travaillé) vous aimerez ce film-ci.

Le vieil homme taciturne qui conduit Anna en barque vers la mystérieuse demeure tient le même rôle que le chat (silencieux dans la vraie vie et parlant dans le monde parallèle) de Coraline.


Coraline et le chat noir dans le film d'animation d'Henry Selick, (complice de Burton pour L’Étrange Noël de Monsieur Jack) Coraline est sorti en 2009.

Analyse et interprétation (Attention spoilers)


Les parents d'Anna sont morts. Sa grand-mère également. Elle a été élevée par des parents adoptifs. L'enfant est très seule, et elle reproche à plusieurs reprises à ses parents et à sa grand-mère de l'avoir abandonnée.

Marnie, petite fille blonde et lunaire, devient sa seule amie.



Ce qui peut nous aider à comprendre Souvenirs de Marnie est un livre pour enfants.



Dans Tom et le jardin de minuit, Philippa Pearce nous parlait d'un petit garçon envoyé chez sa grand-mère. Comme Anna dans Souvenirs de Marnie, il s'ennuie. Comme elle, il quitte sa maison la nuit et nous suivons ses escapades. Il rencontre lui aussi une petite fille étrange, Hattie. On s'aperçoit à la fin qu'il s'agit d'une petite fille du passé, qu'il retrouve, au présent, en vieille dame.

Anna est malheureuse et ne connaît pas son passé. Marnie est triste et ne le montre pas. Toujours douce et souriante, elle vit dans une grande demeure où elle est délaissée par ses parents, riches et frivoles. 

Le film établit assez vite une gémellité entre Anna et Marnie. Dès le début du film, l'une des camarades d'Anna remarque qu'elle a les yeux bleus, et ressemble à une étrangère (les yeux bleus étant rares au Japon.) Marnie a également les yeux bleus, ce qui suggère un lien de parenté. En réalité, Marnie n'est autre que la grand-mère d'Anna. La petite fille s'invente une amie imaginaire, fantôme de sa grand-mère venue lui expliquer son passé. Elle fera ainsi le deuil de ses parents et de son aïeule.

Le temps d'un été, la jeune fille, en lisant le journal intime de Marnie, va comprendre sa propre histoire.

D'aucuns diront qu'Anna verse dans la schizophrénie. En effet, elle voit quelqu'un qui n'est pas vraiment là. Anna n'est pas malade, mais elle guérit sa blessure par l’imaginaire. Après chaque visite nocturne à la maison, on découvre Anna s'éveiller dans son lit, ou être ramenée chez elle ensommeillée. 


À la fin du film, on voit sa grand-mère lui raconter une histoire avant qu'elle s'endorme. Une fois arrivée dans la région de la maison des marais (dans une petite île au nord d'Hokkaïdo) Anna se remémore les histoires de sa grand-mère. Par le rêve, elle "vit" ces histoires, et incarne tour à tour plusieurs personnages: la fleuriste le soir de la réception, et même son propre grand-père qui vint porter secours à Marnie dans le silo.

Le film nous donne plusieurs indices: l'oncle adoptif d'Anna lui dit que le silo est hanté. Lors de l'enterrement de sa grand-mère, Anna tient dans ses bras, en pleurant, une poupée blonde qui est la version miniature de Marnie. En mêlant souvenirs et fantasmes, elle imagine sa grand-mère ayant les traits de sa poupée.

Le journal intime, lui, est véritable, preuve de l'existence de Marnie dans le passé. C'est Hisako, la peintre paysagiste, qui donnera à Anna les pièces manquantes à son puzzle.

Hisako, dame peintre dans Souvenirs de Marnie


Hisako apparaît comme une grand-mère spirituelle, puisqu'elle a connu Marnie dans l'enfance. Le lien affectif est renforcé par sa qualité de peintre: elle partage la passion d'Anna, restée secrète, pour le dessin.


Un chef d'oeuvre onirique


À bien y réfléchir, avant sa rencontre avec Marnie, le fantôme pourrait bien être Anna elle-même. Elle a la mélancolie chevillée au cœur, elle est effacée, en retrait, elle passe comme une ombre parmi les autres. Son goût pour le dessin évoque Jane Eyre, et sa nature rappelle ce que Rochester disait d'elle dans le roman de Charlotte Brontë:

"You - You strange - You almost unearthly thing - I love you as my own flesh."
"Oh toi, créature étrange, presque irréelle, je t'aime comme ma propre chair."

En somme, Anna créé Marnie pour faire la paix avec elle-même. Dans ce film d'animation de toute beauté où l'on se demande qui est le rêve de l'autre, les studios Ghibli nous offrent une fois de plus un chef-d'oeuvre original et onirique.







D'accord, pas d'accord avec l'article ? Postez un commentaire !




Ça peut vous plaire:






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire