mardi 14 avril 2015

DARK PLACES: CHARLIZE THERON DANS LE NOIR COMPLET



Affiche française du film Dark Places, de Gilles-Parquet Brenner (2015) avec Charlize Theron



Dark Places, de Gilles Paquet-Brenner, nous a été sur-vendu comme la nouvelle "brillante" adaptation d'un livre de l'auteur de Gone Girl. Hélas, on est loin de Fincher.

Le scénario ne tient pas vraiment debout. Charlize Theron est toujours douée (c'est sûrement son rôle le plus intéressant depuis Monster) mais elle ne parvient pas à sauver le film.



Charlize Theron (Libby Day) dans Dark Places, de Gilles Paquet-Brenner (2015)
Charlize Theron (Libby Day) dans Dark Places, de Gilles Paquet-Brenner (2015)


Dark Places raconte l'histoire de Libby Day, dont la famille a été massacrée quand elle avait huit ans. À l'époque, elle a a accusé son frère Ben, emprisonné depuis, et qui attend son tour dans le couloir de la mort.


Thriller peu convaincant


Cette femme sur les traces de son passé ne parvient pas à susciter la sympathie : flemmarde, perdue, elle se sert de sa triste célébrité pour nourrir son compte en banque, jusqu'à ce que, 30 ans plus tard, elle se retrouve à sec. Elle décide alors de participer à une "conférence" entourée de geeks du crime, dont certains se passionnent pour son affaire.


Nicholas Hoult face à Charlize Theron dans Dark Places
Nicholas Hoult face à Charlize Theron dans Dark Places


Ces geeks apparaissent ridicules, leur lieu de ralliement est sordide. Les faux indices laissés sur le parcours sont grossiers, les "raisons" de Ben restent obscures et peu convaincantes.

Ce "whodunnit" (qui est le tueur?) n'a rien de surprenant, et se devine même d'avance. Tout y est stéréotypé, surtout Ben "le satanique." Dark Places n'a rien de la finesse de Gone Girl, plus nuancé et sans manichéisme. Le film est émaillé de phrases cliché. La réplique de Ben à sa sœur "Tu es aussi emprisonnée que moi" en est un exemple.






C'est fort dommage. Tous les acteurs de Dark Places ont fait beaucoup mieux. Comme pour Indian Palace, suite royale, je vous propose une petite rétrospective des films ou de séries qui sont vraiment à leur hauteur. 



Les meilleurs films des acteurs de Dark Places


Le rôle lui a valu l'oscar en 2003, et c'était mérité. Méconnaissable et grandiose en serial killer, Charlize Theron tordait le cou à son image glamour, pour un rôle de composition qui restera peut-être le plus marquant de sa carrière.





Déjà, à 22 ans, elle avait prouvé qu'elle était une adepte de la transformation dans L'Associé du diable (1997)



Charlize Theron dans L'Associé du diable, de Taylor Hackford (1997)


Charlize Theron dans L'Associé du diable, de Taylor Hackford (1997)
Charlize Theron dans L'Associé du diable, de Taylor Hackford (1997)


Elle a aussi fait une apparition dans l'excellent The Road, de John Hillcoat (2009)


Charlize Theron dans The Road (La Route) de John Hillcoat (2009)
Charlize Theron dans The Road (La Route) de John Hillcoat (2009)

Chloe Grace Moretz, éternelle écervelée, était bien plus intéressante dans Sils Maria.


Chloe Grace Moretz dans Sils Maria, d'Olivier Assayas (2014)
Chloe Grace Moretz dans Sils Maria, d'Olivier Assayas (2014)


Christina Hendricks reste touchante en mère désemparée, même si elle était bien mieux mise en valeur dans Lost River, pour le même type de rôle.


Christina Hendricks dans Dark Places
Christina Hendricks dans Dark Places

Christina Hendricks dans Lost River, de Ryan Gosling (2015)
Christina Hendricks dans Lost River, de Ryan Gosling (2015)


Corey Stoll, qui joue Ben, est bien plus efficace dans les séries télévisées, notamment en Peter Russo dans House of Cards:



Corey Stoll (Peter Russo) dans House of Cards
Corey Stoll (Peter Russo) dans House of Cards

Toujours côté séries, Drea de Matteo était belle et subversive dans la 6ème saison de Desperate Housewives.


Drea de Matteo
Drea de Matteo


Dark Places pourrait aisément être qualifié, dans Le Canard Enchaîné, de "film qu'on peut ne pas voir." Il peut être résumé en quatre mots: vite vu, vite oublié.





D'accord, pas d'accord avec l'article ? Dites-le en commentaire !






Ça peut vous plaire:




Affiche de Gone Girl, de David Fincher (2014)   Affiche française de Lost River, de Ryan Gosling (2015)    Affiche française du film Captives, de Atom Egoyan (2014)


3 commentaires:

  1. Au début je voulais lui foutre la moyenne car je me suis dit "allez quand même ça se laisse regarder" et puis finalement... non je vais lui mettre une mauvaise note et ne pas être gentille dans ma critique. Effectivement on est loin d'un Gone Girl... En fait il manque un réalisateur quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant, j'ai réfléchi comme toi. Quand on m'a demandé comment c'était, j'ai dit " ça se regarde" et puis, à mesure que j'écrivais, je me suis rendue compte qu'il n'y avait pas grand-chose à dire sur le film...
      Il n'est pas mauvais, mais il n'est pas bon.
      J'espère ne pas t'avoir encouragée à la sévérité !
      Bises cinéphiles,
      Marla

      Supprimer
  2. Non, ne t'en fais pas, tu ne m'as pas encouragée :D C'est juste que je repère plus les défauts que ses rares qualités !

    RépondreSupprimer