dimanche 10 mai 2015

GIRLS ONLY, AVEC KEIRA KNIGHTLEY: 17 ANS ENCORE





Si un film m’inspire le titre d'un film Disney avec Zac Efron, ça sent le roussi.

30 ans sinon rien ?


L'affiche de Girls Only est trompeuse. On croit à une virée entre adolescentes, où une trentenaire se ferait passer pour l'une d'elles, comme dans Collège Attitude (1999)




Là aussi, il s'agissait d'une pseudo-traduction d'un titre pourtant pas insurmontable, Never Been Kissed. La jeune femme, voyez-vous, n'avait jamais été embrassée.

Dans les deux films, les nanas se font passer pour plus jeunes: Drew Barrymore pour un article sur l'université et Keira Knightley parce qu'elle veut retrouver sa jeunesse le temps d'une semaine, avant de foncer tête baissée dans l'âge adulte. Les deux tomberont amoureuses d'un homme de leur génération qui fera enfin d'elles des femmes. 



Marions-nous ?


La "traduction" navrante du titre de Girls Only est aussi mensonger: il s'agit aussi bien d'hommes que de femmes.

Le titre original, c'est Laggies. Vous ne me croirez pas, mais le mot n'est pas (encore ?) dans le dictionnaire. J'ai dû chercher dans un dictionnaire de "mots urbains" la définition. Apparemment, "laggy" se dit dans le contexte d'une page internet qui met du temps à s'afficher;

Si je résume, la vie de Megan est "laggy," elle traîne en longueur. La pauvre chérie a du mal à décider comment vivre le reste de son existence.

Question cruciale du film: choisir entre un homme doux, sans charisme mais touchant, que l'on aime depuis longtemps, et un autre homme doux, sans charisme mais touchant, avec qui on s'est bourré la gueule un soir ?

Vous avez vu, je fais un effort pour rendre mon article girly.

Keira Knightley est charmante, on est au courant, même si elle est abonnée aux rom-com douteuses. Cette fois-ci, le pitch nous promettait autre chose.

Il y aurait eu tant à dire sur une femme qui se cherche, hésite à quitter sa vie adolescente pour le grand saut du mariage. On a vu maints films sur les adulescents hommes, il en manquait sur les femmes. 

Raté.

Le film commence comme Desperate Housewives. Megan est entourée de femmes installées et ennuyeuses à mourir. Elle est elle-même sur le point de se marier. Pour le grain de folie, son fiancé lui propose un voyage-éclair à Las Vegas, la semaine suivante.

Stop. Dans les films américains, un mariage à Vegas n'est jamais bon signe. 




Dans le puritanisme des films grand public américains, Las Vegas symbolise toujours un mariage qui ne durera pas. C'est le cas dans Desperate Housewives, encore, où Catherine veut épouser Mike. Ils partent en cachette pour la ville aux casinos, et naturellement, ça foire.

Le mariage qui dure, le vrai, ce sera avec Susan, et à l'église, bien sûr.

Un suspense insoutenable


Du coup, on sait dès les premières minutes que Megan, dans Girls Only, n'épousera pas le gentil mec soporifique, et on s'attend à ce qu'un James Bond entre dans sa vie.

Voici le type qu'elle hésite à épouser:


Megan (Keira Knightley) et Anthony(Mark Webber) dans Girls Only, de Lynn SheltonMegan (Keira Knightley) et Anthony (Mark Webber) dans Girls Only, de Lynn Shelton


Et celui pour qui elle craque:


Craig (Sam Rockwell) dans Girls Only
Craig (Sam Rockwell) dans Girls Only




Peeta et Gale dans The Hunger Games

Eh bien dans Girls Only, on attend le brun sexy pendant 1h40.

Avant de rencontrer le deuxième blond, Megan croise un groupe d'adolescents, et cette scène ressemble à la scène finale d'un autre film sur les femmes (et les hommes) qui s'ennuient, Little Children.



Affiche Little Children


Le skateboard devient le symbole de l'adolescence perdue que l'on souhaite retrouver, l'espace d'un soir.

Pour Patrick dans le film de Sam Mendes, un coup de skateboard, et ça y est, il peut revenir à sa vie monotone sans broncher.


Un film qui tourne court


Pour Megan dans Girls Only, le skateboard, c'est le début de l'aventure, la madeleine de Proust qui lui donnera envie de dévaliser la boulangerie.

Le film, hélas, tourne court. Il y a l'incontournable bal de promo avec ses jolies robes à choisir entre copines dans les boutiques. L'hésitation attendue entre les deux hommes. Tout est prévisible, d'un ennui mortel. Le genre de film à passer en avance-rapide, ou sans le son, histoire d'inventer les dialogues avec des potes.

La morale, cependant, est assez marrante: c'est pas si mal d'avoir 30 ans. Comme ça, on peut se faire le père d'une copine.

Bonne séance.


D'accord, pas d'accord avec l'article ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire:

BEYOND CLUELESS affiche   TOP 10 DES FILMS SUR L'ADOLESCENCE   CONNASSE, PRINCESSE DES COEURS affiche

7 commentaires:

  1. "choisir entre un homme doux, sans charisme mais touchant, que l'on aime depuis longtemps, et un autre homme doux, sans charisme mais touchant, avec qui on s'est bourré la gueule un soir ?"
    => ça résume tellement bien le film!
    100% d'accord avec ta critique :)

    RépondreSupprimer
  2. Oui tu résumes habilement le film : vu ce jeudi avec une amie... avec qui on se vautre de plaisir devant des films dits "plaisirs coupables totalement girly"... bref, ce n'est pas drôle, c'est peu profond et encore une fois Keira est sympa mais bon, voilà... le film est prévisible du début à la fin... et dire que c'est ce film là que nous avons choisi car c'était séance du matin et qu'un certain Max n'arrivait qu'à 14h... déception totale ! Et pourtant nous sommes très bons publics devant ce genre de films...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends tout à fait !

      C'était comment, Mad Max ?

      Supprimer
  3. Mad Max est un film incroyable : une plongée en apnée durant deux heures... un film incroyable et exceptionnel ! Des acteurs investis, habités et une histoire époustouflante... et surtout un film hautement féministe !
    Du Whouahhh total !!!

    RépondreSupprimer
  4. Je suis bon public et le film ne m'a pas concrètement ennuyée (dans le sens où je suis restée en place, je ne me suis pas endormie et tout ce qui va avec). Mais c'est quand même inintéressant, vraiment du déjà-vu, le scénario trop bateau, la mise en scène inexistante, cette pauvre Keira est certes sympathique mais même elle a l'air de se demander ce qu'elle fout là, Chloe Grace Moretz joue encore les ados attardées. J'aime bien par contre Sam Rockwell, le problème c'est pas lui mais son personnage, totalement sous-exploité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assez d'accord... J'ai pourtant beaucoup aimé Chloe Grace Moretz en ado écervelée dans Sils Maria... Dommage.

      Supprimer