samedi 11 juillet 2015

AMY: LE BLUES D'UNE CHANTEUSE DE SOUL







Que sait-on de Amy Winehouse ? Que c'était une chanteuse de soul, et qu'elle est est morte à 27 ans de s'être plongée une fois de trop dans l'alcool ?

Que sait-on de ses origines, de ses amours, de ses douleurs ?

Amy, que l'on a perdue il y a bientôt quatre ans, reste un mystère.

Avec son accent de Londres teinté de cette gouaille des familles juives que je connais si bien, elle rappelle un peu la nounou qui me faisait rire à la télévision dans l'enfance.




Des chansons méconnues de l'artiste


Cette biographie musicale fait la part belle au jazz, premier amour d'Amy. On y découvre des morceaux peu connus et fort réussis de l'artiste. Le film s'ouvre d'ailleurs sur une très bonne version de Moon River.

La bande originale de Breakfast at Tiffany's est représentative des goûts d'Amy Winehouse: elle semble être née trop tard, admirative qu'elle est de Tony Bennet et Ella Fitzgerald.

Comme dans Kurt Cobain: Montage of Heck, Amy ne lésine pas sur les films amateurs tournés avec la caméra familiale.

Le film Amy raconte la grandeur et la décadence de cette chanteuse étonnante, ses amis, son parcours. Les fans de The Voice version UK reconnaîtront peut-être Tyler James, ami de longue date de la chanteuse.



Les démons d'Amy


Il est rare que les biopics ne tombent pas dans l'hagiographie. Comme le documentaire À la Recherche de Vivian Maier, qui nous faisait découvrir une photographe de génie, Amy n'hésite pas à nous présenter l'artiste dans tous ses paradoxes, mettre en lumière son mauvais caractère, et ses démons nommés drogue et alcool.

Coluche l'avait dit pendant son "jeu de la vérité," face à Sabatier et son sourire en plastique: "le pire, c'est l'alcool." Et il avait tout essayé, Coluche, tous les excès, toutes les substances. Selon la version officielle, c'est l'alcool qui aurait tué Amy Winehouse. Elle a d'ailleurs prévenu les jeunes des dangers de son poison favori.

Le film insiste, par ailleurs, sur son amour pour un certain Blake Fielder, passionné et abîmé, comme elle. Amy semble s'être trouvé un alter ego dans cet homme au goût certain pour l'autodestruction. 


Amy Winehouse et Blake Fielder
Amy Winehouse et Blake Fielder


Le poison de la célébrité


Le film de Asif Kapadia a le mérite de dénoncer les dérives des médias américains, qui encensent un jour la star montante, et la démolissent le jour suivant, pourvu qu'un scandale éclate. C'est le cas de ces présentateurs de talk show qui se veulent humoristes, notamment Jay Leno.


L'auteur-interprète était également lucide sur le poison de la célébrité. A-t-elle eu du mal à supporter sa célébrité soudaine? 

Reproche que l'on peut faire au film: il ne s'interroge jamais sur les causes de la mort de son héroïne (sans mauvais jeu de mots.) On entend juste la voix de ses proches, qui se sentent coupables de n'avoir pas pu la sauver.

Il existe d'autres biopics musicaux, cependant, qui en disaient davantage sur des artistes marquants et qui, du point de vue de la réalisation, prenaient davantage de risques.

Les meilleurs biopics musicaux


Ce qui semble relier les meilleurs biopics musicaux, c'est l'interprétation au cordeau de leurs acteurs principaux. le premier qui me vienne à l'esprit, c'est Ray, où Jamie Foxx faisait revivre Ray Charles dans sa prime jeunesse, son humour, sa force, sa joie de chanter, de vivre, d'aimer. L'essentiel était merveilleusement résumé dans le film de 2004: le drame de son enfance, ses premiers contrats voleurs, sa célébrité durement gagnée, ses infidélités, et son difficile passage par la coke.




Dans Walk the line, c'était Joaquin Phoenix qui brillait dans le rôle principal. Il incarnait Johnny Cash, dieu torturé du blues et de la country. C'est surtout autour du couple qu'il formait avec June Carter que se concentre le film de James Mangold, à la réalisation soignée et à la BO inoubliable.




En 2008 sortait Control, sur le chanteur de Joy Division. Il vaut le détour pour sa réalisation à la Jim Jarmusch (un côté Down by Law) et l'interprétation étonnante de Sam Riley et Samantha Morton.





J'ai une certaine tendresse pour un biopic musical français, vie fantasmée de Gainsbourg par l'auteur de BD Joann Sfar. Est-ce l'interprétation fabuleuse d'Eric Elmosnino ? Est-ce la présence de ces superbes femmes autour de lui, de Laetitia Casta à Anna Mouglalis ? Ses duos improbables, rêvés, avec de grands musiciens de l'époque ? Bref, j'aime mieux Gainsbourg depuis 2010.





Il y eut un film qui n'était pas vraiment un biopic, plutôt une recherche désespérée d'un artiste disparu. C’est grâce au film que le monde a découvert Sixto Rodriguez, dit "Sugar Man," pourtant star en Afrique du Sud, et symbole de résistance à l'oppression en son temps.




Enfin, j'ai découvert récemment I'm Not There, épatant biopic romancé de Bob Dylan, où six acteurs incarnent le chanteur de folk, dont une femme. Cate Blanchett est d'ailleurs la plus convaincante dans le rôle. Un petit garçon noir incarne aussi le chanteur dans son enfance, quand il fuyait les orphelinats et sillonnait les routes, déjà sa guitare sur le dos. La BO, caractérisée, comme celle de Amy, par un choix de chansons de l'artiste parmi les moins connues, porte cette mosaïque des multiples facettes d'un musicien et parolier d'exception.





Amy Winehouse, partie trop tôt


En somme, Amy est un biopic musical qui vous donnera envie d'en découvrir d'autres. Le mystère Winhouse reste entier, et le film de Asif Kapadia semble effleurer sa vie plutôt que d'en donner une image précise, profonde. Amy est un documentaire honorable sur une artiste disparue trop tôt, au faîte de sa gloire, avant d'offrir d'autres albums qui auraient pu inspirer pour longtemps la sphère musicale.

Amy Winehouse au naturel dans le film de Asif Kapadia
Amy Winehouse au naturel dans le film de Asif Kapadia


D'accord, pas d'accord avec l'article ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire:


       


Légende

Chef d'oeuvre orange star.jpgorange star.jpgorange star.jpgorange star.jpg Très bon


orange star.jpg
orange star.jpgorange star.jpg Pas mal
orange star.jpgorange star.jpg Moyen

orange star.jpg Pas bon À hurler !