mercredi 12 août 2015

10 COMÉDIES MUSICALES À NE PAS RATER AU CINÉMA





Un jour, l'une de mes amies m'a emmenée voir un teen movie d'horreur douteux. J'y suis allée pour lui faire plaisir, et lui avait même offert la place pour la fête du cinéma.

En sortant, je lui dis: "Très bien, maintenant que j'ai vu un navet pour te faire plaisir, je vais te montrer un film à moi."

Et c'est parti pour trois heures.

Trois heures de chansons et de danses, de chants tyroliens et marionnettes musicales, d'enfants qui courent et de nana béate qui joue de la guitare.




Mon amie fan de films d'épouvante a tenu bon, mais à partir de ce moment, elle a soigneusement choisi  les films qu'elle m'emmenait voir.

Puis, quelques années plus tard, j'ai eu ma période Cats. C'est l'époque où j'ai rencontré Lola, fan de Noir Désir et de métal. Elle est passée chez moi et elle est tombée sur mon passage favori.





Elle m'en parle encore. Un traumatisme, ça ne s'oublie pas.

Je me suis rendu compte que les comédies musicales provoquaient chez les individus de curieuses réactions. Il y a les gens comme moi, qui ont découvert Mary Poppins ou Meet Me in Saint Louis dans l'enfance, et se sont pris de passion pour les films musicaux.



Et il y a ceux qui ne supportent pas, comme on ne supporte pas la foule ou le gluten.

Alors, j'ai décidé de faire un top 10, pour les passionnés et pour les hermétiques, afin de faire gagner à tous, je l'espère, un temps précieux.


Cet article concerne les comédies musicales au cinéma: je n'évoquerai pas les spectacles de Broadway ni les films musicaux en général, mais bien ceux où les acteurs chantent et dansent.


10. Chicago, de Rob Marshall (2002)





Sorti tout droit de Broadway, le musical Chicago dépeint une Amérique des années folles où meurtre et célébrité font bon ménage. Roxy et Velma, emprisonnées pour avoir tué leur compagnon, sont prêtes à tout pour s'en sortir. En effet, à Chicago, le meurtre est puni de la peine de mort. Catherine Zeta-Jones la sexy et Renee Zellwegger la glamour font appel à Richard Gere l'avocat véreux.

L'occasion de voir de beaux numéros de danses et de chansons, où l'on dénonce l'obsession de la célébrité.

Peu de films se passent dans une prison de femmes, et nous sommes 11 ans avant  la série Orange is the New Black.



La scène où les détenues expliquent dans un blues énergique le pourquoi de leur crime restera dans les annales.





9. Dancer in the Dark, de Lars Von Trier (2000)



Ai-je dit "comédies" musicales ? Les drames musicaux valent aussi le détour, surtout s'il sont réalisés par Lars Von Trier, avec Bjork en actrice principale. Cette ouvrière qui entend de la musique entre les machines de son usine et aime son fils par-dessus tout vous fera pleurer d'émotion.

J'ai eu du mal à sortir de la salle ce jour-là, traumatisée que j'étais par la scène finale. Heureusement, j'étais accompagnée d'un ami. J'ai décidé, comme l'héroïne, que le jour venu, il s'agirait non pas de ma dernière chanson mais de l'avant-dernière.





8. Chantons sous la pluie, de Stanley Donen (1952)





Difficile de ne pas penser à Stanley Donen quand on parle comédies musicales. Si Drôle de frimousse passe souvent en réédition et a mal vieilli, Chantons sous la pluie, en plus des chansons incontournables, fait preuve d'un humour mordant sur Hollywood et l'hypocrisie du show-business.



On se souvient tous de Gene Kelly heureux sous l'averse (sur une chanson reprise, avec ironie, dans le terrible Orange Mécanique) mais d'autres morceaux du film sont devenus des classiques, comme "Make Them Laugh," hommage à la comédie et aux gags visuels, ou "Good Morning," trio multilingue, qui met de bonne humeur dès le matin.




 

7. Le Magicien d'Oz, de Victor Flemming (1939)


Là aussi, il s'agit d'une bande originale d'anthologie. De "Somewhere Over the Rainbow" (l'une des chansons les plus reprises au monde) au morceau angoissant qui annonce l'arrivée de la sorcière, toutes les chansons sont des merveilles sonores, emplies de jeux de mots et d'allitération - le "z" dans "We're Off to See the Wizard" et le "tch"quand Judy Garland évoque son petit accident.





6. Hedwig and the Angry Inch, de John Cameron Mitchell (2001)



Un jour, John Cameron Mitchell a inventé un personnage: un jeune homme d'Allemagne de l'est veut à tout prix s'échapper. Il rencontre un policier américain. Pour l'épouser, Hansel va se faire passer pour... sa propre mère, Hedwig.


Une fois aux Etats-Unis, il change de sexe, et devient une star du rock.



Chansons extraordinaires sur les affres de l'amour, au style glam rock qui ravira les fans de Bowie de la première heure, Hedwig and the Angy Inch est un OVNI formidable, bourré d'humour et de fantaisie.



5. Alabama Monroe, de Felix Van Groeningen (2012)



Qui aurait cru que des belges nous offriraient la meilleure B.O. country-bluegrass depuis des lustres ?

Didier et Elise s'aiment, et ont une fille, Maybelle. Hélas, comme dans La Guerre est déclarée (Valérie Donzelli, 2010) on découvre très vite que Maybelle est gravement malade.


Histoire du deuil d'un couple, tout en finesse et en musique.





4. Les Demoiselles de Rochefort, de Jacques Demy (1962)






En 2013, la Cinémathèque rendait hommage à Jacques Demy. Dans l'une des interviews diffusées pour l'occasion, Demy expliquait son désir de "faire des films qui parlent des gens heureux."

Si Les Parapluies de Cherbourg penche plutôt vers le drame, Les Demoiselles de Rochefort a tout du bonbon acidulé: coloré, sucré, léger. Il fait plaisir à voir, et possède aujourd'hui un charme désuet.

J'étais amoureuse de Maxence le marin quand j'étais petite.




3. Les Blues Brothers, de John Landis (1980)



Déjanté et rythmé, Les Blues Brothers réveillent la comédie musicale en 1980. Le casting du film, composé des plus grandes stars du blues et de la soul, offrent une BO inoubliable, dont chaque morceau est resté un classique. Auto-dérision, gags à la pelle, chorégraphies joyeuses, tout est bon à prendre chez les frères du blues.




2. West Side Story, de Robert Wise et Jerome Robbins (1961)


Du premier sifflement sur les toits du West Side au drame final, West Side Story a le génie de remettre au goût du jour le Roméo et Juliette de Shakespeare et de le transformer en guerre des gangs.


Cette idée sera reprise par Baz Lurhmann dans Romeo + Juliette en 1996.



D'accord, le technicolor a un peu vieilli, mais alors, quel rythme, entre violences et romances, le piquant de Rita Moreno, le charme de Nathalie Wood, le talent de George Shakiris et de Russ Tamblyn (que l'on a vu aussi dans une adaptation musicale de Tom Pouce.)

La plus grande histoire d'amour de tous les temps, le peps en plus.





1. Le Rocky Horror Picture Show, de Jim Sharman (1975)




Dur dur, de me mettre d'accord avec moi-même au sujet du premier de la liste. Après avoir revu  Victor Victoria en réédition, je me suis dit que ce film de 1982 avait horriblement vieilli, même s'il avait fait beaucoup, à l'époque, pour la libération des mœurs sexuelles.  

Mais dans Le Rocky Horror, on parlait déjà, et avec plus de brio, de bisexualité et de transexualité. Parce que le film ne visait pas le même public, et ne s'attendait certainement pas à son succès, on témoigne face à cette drôle de bande (originale) d'une liberté jamais vue ailleurs. Jim Sharman fait dans l'outrance joyeuse, les costumes et les couleurs n'ont pas pris une ride. 

Sans doute le rôle le plus fou de Tim Curry, entouré d'un casting étonnant: Susan Sarandon (si si) et un certain Meat Loaf. Est-ce son pseudo qui dicta son destin au scénariste ?






La grande force du film est de pouvoir le redécouvrir chaque semaine en salle, de New-York à Londres, en passant par Paris. Le Studio Galande est ainsi devenu, pour les fans du film, une seconde maison.



Et vous, quelle est votre comédie musicale préférée ? Dites-le en commentaire !





Ça peut vous plaire:

      


5 commentaires:

  1. Raaah j'adore le Rocky Horror Picture Show !! J'aime également énormément West Side Story, The Blues Brothers, Le Magicien d'Oz et Dancer in the dark. En revanche, j'avoue avoir un peu de mal avec Chicago...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'est dommage, je pense que c'est l'une des rares comédies musicales à avoir un scénario original ces dernières années: la question de la peine de mort, des frasques de Hollywood...

      Supprimer
  2. Argh, Cats, j'en fais encore des cauchemars !
    De même que H2G2 est une trilogie en 5 tomes, ne pourrait-on proposer un top 10 en 12 films ? Car j'ajouterait bien à ta sélection :
    - On connaît la chanson d'Alain Resnais, la comédie musicale qui assume le Playback
    - Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street de Burton... une comédie musicale joyeusement gore

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le film d'Alain Resnais n'est justement pas une comédie musicale, puisque il s'agit de playback ! C'est un film musical. Je sais bien que dans West Side Story, Nathalie Wood est doublée (c'est la même chanteuse qui doublait Audrey Hepburn dans My Fair Lady) mais la plupart des artistes du film chantent vraiment.

      Et puis, le film de Resnais fait déjà partie d'un autre de mes tops 10: http://marlasmovies.blogspot.fr/2015/07/10-films-ne-pas-rater-sur-la-crise-de.html

      J'ai détesté Sweeney Todd, je l'ai trouvé atrocement long. La chanson "Johanna," par exemple, a failli me faire péter un câble en salle... Point de vue musical, Sondheim est toujours très répétitif (il suffit de voir le navet Disney récent "Into the Woods..."

      Bises musicales,

      Marla

      Supprimer
  3. Coup de cœur de Francis Ford Coppola.
    Mary Poppins de Robert Stevenson.
    Marcorèle

    RépondreSupprimer