jeudi 27 août 2015

BESSIE: LE DIABLE EN ROBE BLUES






Queen Latifah, reine du blues


Je parlais récemment de Chicago, l'une des meilleures comédies musicales de ces dernières années. Dans le film de 2002, déjà, on entendait Queen Latifah, parfaite en matonne, parler de petits arrangements si les détenues voulaient une vie plus douce à l'ombre.





Queen Latifah, charismatique, s'est plusieurs fois illustrée au cinéma. Elle volait presque la vedette à Emma Thompson dans L'Incroyable destin de Harry Crick.





Dans Bessie, génial biopic d'une chanteuse de blues, elle fait face à Mo'Nique, qui incarnait la mère effrayante de Precious dans le film de 2009.



Cette fois, Mo'Nique joue Ma Rainey, pionnière du blues haute en couleurs.


Vous connaissez Bessie Smith, vous ?

Fan de blues depuis mes dix-sept ans, je ne connaissais pourtant pas cette pionnière, que Billie Holiday admirait tant.

Le film de Dee Rees, extrêmement bien réalisé, fait regretter qu'il n'ait pas été diffusé en salles, mais seulement sur la chaîne HBO. 


Le génie HBO


HBO fait décidément concurrence au cinéma. La série Game of Thrones n'a rien à envier aux productions hollywoodiennes: beauté des paysages, génie des acteurs, scénario construit. HBO a beaucoup travaillé à la diffusion de séries télévisées de qualité. Je pense notamment à The Wire, qui raconte le quotidien de Baltimore, du côté des flics et des dealers.



On leur doit aussi l'excellente série Six Feet Under et même Sex and the City dès les années 90.

Dans Maps to the Stars, le personnage de Mia Wasikowska parlait de l'un de ses amis qui tentait de réaliser son premier film. Elle évoquait la difficulté d'être produit à Hollywood, et disait en substance que son film "finirait" sans doute sur HBO.

Mais ce n'est une si mauvaise fin. La frontière devient ténue entre les films qui sortent en salles et ceux diffusés à la télévision. Si certains films de cinéma ressemblent à des téléfilms, certains films de télévision pourraient très bien être vus en salle.

C'est le cas de Bessie. Quel dommage de ne pas profiter de ce bijou avec un son stéréo qui rendrait justice aux chansons de Smith, rajeunies par de nouveaux arrangement et l'admirable interprétation de Queen Latifah.

Dommage, aussi, de ne pas découvrir sur grand écran la très belle photo du film, qui n'est pas sans rappeler le chef-d'oeuvre de Spielberg, La Couleur Pourpre. Le film fête d'ailleurs ses 30 ans cette année.






Un coup de maître



Si What Happened, Miss Simone ? était un docu qui valait le détour sur la grande Nina, Bessie atteint carrément le coup de maître.

À mi-chemin entre réalité et fiction, Bessie conte la vie passionnante et tourmentée d'une femme forte, qui osait, dès les années folles, afficher sa bisexualité, revendiquer ses droits en tant que femme, combattre la discrimination envers les Noirs et l'hypocrisie des maisons de disques.

Tout cela est montré dans le film de Dee Rees, sans pour autant tomber dans l'hagiographie: la chanteuse était loin d'être commode, ses douleurs d'enfant l'avaient rendue sévère. Si elle s'indignait face à la discrimination, elle n'hésitait pas à discriminer elle-même les femmes qui auditionnaient pour elle, ne les trouvant "pas assez noires." La scène du sac en papier craft est éloquente.

Si tout n'est pas exact dans ce biopic, ce qui est romancé l'est avec talent. La scène où l'orphelin jaillit dans la vie du couple est extraordinaire.

La discrimination des Noirs et l'arnaque des artistes étaient déjà dénoncées dans Ray. On se souvient de la scène où Ray Charles (aveugle, de surcroît) se fait piquer une partie de sa paie par son manager. L'arnaque des artistes était pire pour les Noirs, quant aux femmes noires...

Ray avait une structure similaire à celle de Bessie: la montée d'un artiste au sommet avec, en filigrane, un traumatisme d'enfance.






Un casting remarquable



La ressemblance était frappante entre Jamie Foxx et Ray Charles, et Queen Latifah ressemble vraiment à Bessie Smith.



La vraie Bessie Smith
La vraie Bessie Smith
   
Queen Latifah dans le biopic Bessie sur HBO
Queen Latifah dans le biopic Bessie sur HBO

Il fallait une actrice de caractère pour un tel rôle, et Dee Rees n'aurait pas pu mieux choisir. Les acteurs secondaires sont également remarquables, de Michael K. Williams, parfait en Jack Gee, à la personnalité ombrageuse de la soeur de Bessie Smith, très bien interprétée par Khandi Alexander. Sans oublier Lucille, superbe Tika Sumpter, en danseuse et muse de Bessie.

La réalisation de Bessie donne envie de voir Pariah, autre film de Dee Rees sorti en 2011 aux USA, mais qui n'est pas (encore?) sorti en France. Après Precious dont je parlais plus haut, Pariah promet d'être plus sobre, moins pathos, plus engagé, sur ce thème d'une adolescente noire qui cherche sa route.



Bessie donne envie d'en savoir plus  sur le destin de Bessie Smith, et de découvrir une jeune cinéaste de talent.


D'accord, pas d'accord avec l'article ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire:


      


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire