jeudi 30 juin 2016

BEFORE I WAKE: QUAND LES CAUCHEMARS PRENNENT VIE





Tiens, elle me dit quelque chose, cette affiche.




Le symbole du papillon est commun à de nombreux films. Dans Before I Wake, ses deux principales connotations se rejoignent: la psyché et la résurrection.

J'ai pas sommeil


Cody est un gosse pas comme les autres. Il rêve beaucoup, comme tous les gamins, sauf que pendant qu'il dort, les personnages de ses rêves et cauchemars prennent vie dans le monde réel.

Des petits garçons aux étranges pouvoirs, on en a l'habitude dans les films d'horreur. Damien dans La Malédiction, Cole dans Sixième Sens, Danny dans Shining, et plus récemment Samuel dans Mister Babadook, tous possèdent un don particulier à faire flipper les foules. Damien est une figure d'antéchrist, mais pour tous les autres, le pouvoir est davantage un fardeau qu'autre chose.


Cody (Jacob Tremblay) dans Before I Wake, de Mike Flanagan (2015)
Cody (Jacob Tremblay) dans Before I Wake, de Mike Flanagan (2015)





C'est là l'originalité de Before I Wake. Le méchant, ce n'est pas le gosse, mais les adultes autour qui jouissent de son pouvoir sans vraiment l'aider.

Le deuil inachevé: thème-clé du film d'épouvante


Cody est orphelin. Il est balloté de famille en famille, jusqu'à ce qu'il arrive chez un nouveau couple, Jessie et Mark, qui ont perdu leur fils biologique, Shawn, dans un accident.

Before I Wake parle, comme Mister Babadook, de deuil inachevé, et du monstre à affronter si l'on veut aller mieux et continuer à vivre. Plutôt que de présenter Cody en jeune monstre (il est poli, doux et intelligent, à l'image de Cole dans Sixième Sens) Mike Flanagan dénonce des parents qui se servent d'un deuxième petit garçon pour faire le deuil du premier. 

Jessie (Kate Bosworth) et Mark (Thomas Jane) dans Before I Wake
Jessie (Kate Bosworth) et Mark (Thomas Jane) dans Before I Wake

Mais les deuils pas finis, dans le cinéma d'épouvante, se paient très cher.

La scène où Jessie montre la vidéo de Shawn a Cody évoque la vidéo maudite de Ring, même si le scénario est très différent. Le film est très bien réalisé, mais la fin, lourde en explications, n'était pas nécessaire et gâche l'ambiance onirique du film.

Une interprétation remarquable


L'interprétation de Jacob Tremblay, jeune prodige déjà impressionnant dans Room, se couple très bien à celle de Kate Bosworth, touchante Anna dans Still Alice. Elle incarne à la perfection cette mère brisée sous ses airs de bourgeoise accomplie. À noter, la performance de Annabeth Gish, actrice dans la série Scandal, et qui apparait comme la sœur cachée de Sigourney Weaver...

Annabeth Gish, sosie de Sigourney Weaver
Annabeth Gish

Bref, Before I Wake est un film à voir. Il nous dit avec une certaine poésie qu'il est vain de s'accrocher aux ombres, et que la vie des hommes est semblable à celle des papillons: fragile, fugace, magnifique.


 D'accord, pas d'accord avec l'article ? Dites-le en commentaire !

Ça peut vous plaire:
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire