mercredi 15 juin 2016

LA MINUTE MARLA: LES HORLOGES AU CINEMA - REPONSES








1) Harold Lloyd dans Safety Last, de Fred C. Newmayer et Sam Taylor (1923)


Classique du comique burlesque, Safety Last est le titre ironique d'un film où la sécurité est loin de primer. C'est l'une des horloges les plus connues du cinéma, et la première scène d'une longue lignée où un homme se retrouve pendu à une aiguille, risquant de tomber dans le vide.

2) Robert Powell dans Les 39 marches, d'Alfred Hitchcock (1978)

Richard Harris se retrouve piégé dans une affaire d'espionnage, et le voilà suspendu à l'aiguille de big Ben, rien que ça. C'est le climax du film, où Hitchcock mêle, comme à son habitude, suspense insoutenable et humour.


3) Asa Butterfield dans Hugo Cabret, de Martin Scorsese (2011)


Ce plan magnifique est signé Scorsese, qui met en scène un petit garçon qui vit caché dans l'horloge d'une gare parisienne. Ici, il est aux prises avec un chef de gare peu sympathique. La référence aux films précités est claire. Hugo Cabret tout entier est un hommage au cinéma.


 4) Christopher Lloyd dans Retour vers le futur de Robert Zemeckis (1985)


 Difficile de parler des horloges au cinéma sans parler de celle de l'hôtel de ville le plus célèbre au monde. L'horloge sert de symbole, de lien entre les épisodes de la trilogie, mais est aussi présentée comme un personnage à part entière. Arrêtée en 1985, redevenue jeune en 1955, on la voit carrément en construction dans le troisième volet, qui se déroule en 1885.


 5) Peter Pan, des studios Disney (1953)



Les horloges sont casse-gueule pour Disney aussi. Big Ben est là pour nous rappeler que l'histoire se déroule à Londres. C'est aussi un symbole du temps qui passe pour cet enfant qui refuse de grandir.


6) Alice de l'autre côté du miroir, de James Bobin (studios Disney)



L'horloge que regarde Wendy est celle du tout récent Alice de l'autre côté du miroir. Vous verrez aussi dans ma vidéo le maître du temps et son cœur en forme d'horloge...


 


7)  Cendrillon, studios Disney (1950)


Minuit, l'horloge, les douze coups. Pas besoin de vous faire un dessin.
Disney aime tellement son classique qu'il en a sorti une version improbable tout récemment:



8) Jack et la mécanique du coeur

Tintement particulier pour cette horloge-là, puisqu'il s'agissait du premier article de ce blog.


9) Metropolis de Fritz Lang (1927)

Dystopie extraordinaire, Metropolis nous parle, dès 1927, de l'absurdité du travail et de se battre, ici littéralement, contre le temps.

10) La Haine, de Mathieu Kassovitz (1995)

La minute où tout bascule. Je ne vous dis rien de plus. (Re)découvez le film.

11) La Belle et la bête

Bon, vous l'aviez reconnue, cette pendule grincheuse, non ?

12) Un Jour sans fin, de Harold Ramis (1993)

Le radio-réveil maudit de Bill Murray dans Un jour sans fin, celui qui nous passe en boucle "I Got You Babe" de Sonney et Cher, c'est celui-là. Tapez dessus à grands coups pour moi. Merci.

Un film sympa devenu culte, du regretté Harold Ramis.



13) Harry Potter et le prisonier d'Azbakan, d'Alfonso Cuaron (2004)

Ce travelling et ce plan en plongée, on le doit à Alfonso Cuaron, certainement le meilleur réalisateur de la saga Potter. Le voyage dans le temps est au cœur de ce troisième volet.



Vous aviez trouvé ? Vous connaissez d'autres belles horloges au cinéma ? Dites-le en commentaire !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire