mardi 5 juillet 2016

MONEY MONSTER: LE THRILLER POLITIQUE DE JODIE FOSTER








Money Monster est l'un des meilleurs films du moment. Voilà un mois et demi qu'il est sorti, et je veux écrire dessus depuis longtemps. Seulement voilà, il m'a fallu le voir... une deuxième fois.

Si vous avez aimé Mad City, de Costa-Gavras, sorti en 1997, avec John Travolta en homme désespéré qui prend un musée en otage, et Dustin Hoffmann en journaliste ambitieux, vous aimerez sûrement Money Monster, construit sur le même modèle.



Affiche du film Mad City de Cozst Gavras



Money Monster, c'est l'histoire d'un mec, Kyle, la vingtaine, qui pète un câble. Il a perdu toutes ses économies à cause d'un "couac" informatique qui aurait effacé toutes les données client d'une entreprise, IBIS, dirigée par un certain Walt Camby. Aux abois, le jeune homme prend en otage Lee Gates, présentateur-vedette d’une émission censée conseiller les téléspectateurs sur les investissements boursiers.

Jack O'Connell (Kyle Budwell) et Georges Clooney (Lee Gates) dans Money Monster de Jodie Foster
Jack O'Connell (Kyle Budwell) et Georges Clooney (Lee Gates) dans Money Monster de Jodie Foster

Pas besoin d'aller bien loin pour deviner que Lee Gates (toujours très pro George Clooney) représente le monde de l'argent: il porte le patronyme de l'homme le plus riche du monde. Walt Camby, grand patron, a le prénom du père de Mickey, et d'une des entreprises les plus immenses du globe.

Le type fauché face au mec riche, au cinéma, on connaît. Apparemment, Travolta est abonné à la prise d'otage, parce que dans White Man, renversement intéressant de la suprématie blanche, il joue un Blanc pauvre qui prend un riche Noir en otage.



Money Monster montre aussi un personnage sympathique mais à bout, prêt à tout, non pas pour l'argent, mais pour découvrir la vérité sur ce mini krach boursier qui a ruiné tant de petits épargnants.


Une vérité qui dérange

Car c'est bien la vérité qui dérange Lee Gates. Non pas qu'elle représente un danger pour lui, mais il est comme tous ses collègues: il ne la connaît pas. Personne ne semble savoir ce qui a créé ce couac informatique. La chargée de com fait son boulot, à savoir calmer le jeu et baratiner les foules. Mais Kyle Budwell ne se contentera pas de la langue de bois habituelle des médias. Il va exiger la vérité. Et pour aller au fond de l'histoire, accrochez-vous. Patty Fenn, productrice de l'émission, parle dans l'oreillette du présentateur pour l'aider à sauver sa peau. Et elle fera aussi, grâce à Kyle, une véritable enquête de journaliste. D'après une réflexion qu'elle fait au début du film, ça n'arrive pas souvent.


Julia Roberts (Patty Fenn) dans Money Monster, de Jodie Foster
Julia Roberts (Patty Fenn) dans Money Monster, de Jodie Foster


Un couac informatique ? Voilà qu'il faut trouver l'auteur de l'algorithme qui serait à l'origine de la catastrophe. L'aimable geek souhaite rester discret, affaire Snowden oblige.

Et ce patron, Walt Camby, où est-il ?

 

De nombreuses références à l'Amérique contemporaine



Je vous ai posé le décor, et je vais éviter les spoilers, car Money Monster est un excellent film à suspense. Disons que Jodie Foster, dans sa finesse, son intelligence, sa culture générale, et sa passion, semble-t-il, pour l'Histoire contemporaine américaine, fait à la fois référence à Madoff et aux subprimes qui ont ruiné l'Amérique (et le monde, par ricochet) aux hommes d'affaires qui reviennent tranquillement de Suisse, et, à mon sens, au scandale Iran-Contra qui entacha le mandat d'un certain Reagan.

Si vous aimez Le Capital, toujours de Costa-Gavras, où le réalisateur tente de démonter la machine financière, Lord of War, où Andrew Niccol vous invite à adopter le regard d'un trafiquant d'armes, les films The Company Men et Margin Call, qui décryptent les causes et conséquences de la crise des subprimes; si vous adorez les thrillers où le méchant n'est pas forcément celui qui tient le flingue, Money Monster peut vous plaire. 

Côté séries, les fans de The Newsroom, où l'on montre les coulisses d'une salle de rédaction, seront servis, sans oublier les fans de The Wire: c'est Dominic West, génial McNulty dans la série de David Simon, qui campe le rôle de Walt Camby.

 

Dominic West joue Walt Camby dans Money Monster
Dominic West joue Walt Camby dans Money Monster

Money Monster est un excellent thriller politique. Il vous tiendra en haleine de bout en bout. Jodie Foster a compris, et mis en scène comme jamais, une Amérique en crise, et un monde de médias où seul le drame fait naître la vérité.

 

Et vous, que pensez-vous du film ? Dites-le en commentaire !



Ça peut vous plaire:

       


2 commentaires:

  1. Les critiques n'étaient pourtant pas très bonnes, loin de là; mais moi aussi j'ai aimé ce film.
    Un bon suspense avec un sujet intelligent.
    Bonne journée Marla.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'était une bonne surprise pour moi aussi, je ne m'attendais pas à grand-chose. Mais Jodie Foster est extraordinaire.

      Supprimer