jeudi 4 août 2016

SUICIDE SQUAD: 8 SALOPARDS JOUENT LEUR JOKER





        


C'est pas ma faute si je suis amoureuse de Jared Leto. C'est pas ma faute si je suis TRÈS amoureuse de Margot Robbie. Du coup, j'ai été voir Suicide Squad. Oui, moi. J'ai été voir le gros blockbuster de l'été.

Je suis tellement accro à Margot que j'avais aussi vu Diversion, déjà avec Will Smith, et extrêmement mauvais. 

La presse a descendu Suicide Squad. C'est bien dommage, parce que moi, pour une fois, j'ai aimé le blockbuster de l'été. Ce qui se passe pour Suicide Squad me rappelle cette phrase restée célèbre : "Le public a aimé. Il est bien seul."

Je me suis bien amusée. C'était fun. On ne comprend pas tout au scénario ? Il est troué comme du gruyère ? D'accord, mais on se marre. Ça ne vaut pas Batman, ça ne vaut pas Les Gardiens la galaxie, mais ça fait du bien dans ce mois d'août trop gris, d'avoir des héros de Comics tout plein de couleurs.

C'est peut-être le plaisir de retrouver Viola Davis après la série How to Get Away with Murder.




C'est peut-être la nostalgie de Men in Black. Mais cette bande de criminels festifs m'a mise en joie.


Suicide Squad: vive le cyber punk !


Il faut dire que j'ai fait une connerie. J'ai fait une chose que je ne fais jamais habituellement : j'ai lu les critiques avant d'aller voir le film. Du coup, je suis partie sur une mauvaise idée. L'excellent article de Vincent Manilève sur Slate m'avait convaincue: moi aussi je préférais la première bande-annonce, celle avec la reprise flippante des Bee Gees.




C'est vrai qu'ils ont ajouté au film des notes acidulées pour le rendre plus fun. Mais ces couleurs rappellent aussi une très bonne période pour le cinéma: le cyber punk. Regardez dans Google images, et vous verrez que Harley Quinn, c'est du cyber punk à fond.



Le cyber punk a donné ses plus belles heures au cinéma de science fiction: Blade Runner, c'est du cyber punk. La photographie de Suicide Squad s'en inspire largement.

Les concepteurs du film ont eu raison d'ajouter ce ton à l'ensemble. David Ayer n'a pas le talent de Christopher Nolan. Peut-être n'est-il pas doué avec le côté obscur du cinéma.

En en parlant autour de moi, je me suis rendu compte que j'étais la seule à trouver Suicide Squad bien réalisé, bien mené, et bien monté. Les effets spéciaux sont splendides et pour une fois, ne donnent pas l'impression d'être là pour rien (les scènes de l'Enchanteresse sont de toute beauté.)

Les femmes au pouvoir


Mon côté féministe a sans doute été séduit par le film : pour une fois, depuis Mad Max, ce sont les femmes qui ont les rôles les plus intéressants. L'employée du gouvernement, jouée par Viola Davis, est peut-être seule vraie méchante de l'histoire. l'Enchanteresse est aussi une super-méchante, et celle qu'elle retient prisonnière, June, est joliment incarnée par Cara Delevingne, déjà prometteuse dans La Face cachée de Margo. Surtout, Harley Quinn, peste haute en couleurs, lance des répliques formidables, et donne au film toute sa dimension.

Oui, parce que le grand talent de ce dernier film comics, ce sont les dialogues. Certaines répliques sont à hurler de rire. On pourra regretter que le Joker ne soit pas assez exploité, mais après tout, il ne fait pas partie du gang.

D'accord, le film est plein d'invraisemblances, mais les personnages parviennent à être drôles et attachants. Je ne pensais pas apprécier Suicide Squad, et pourtant j'ai été transportée par le rythme, et la bande originale bien choisie, même si elle ne vaut pas celle des Gardiens de la galaxie. Et je n'ai pas vu tant de commerce que ça dans ce long métrage. En tout cas pas plus que dans les grosses productions habituelles.


Marre du Suicide Squad bashing


Je trouve qu'on fait un mauvais procès au film en France. Les critiques n'aiment pas les films américains dont la promotion est immense, ils détestent les gagnants d'avance, les succès annoncés, et descendent en jubilant le dernier blockbuster à la mode.

Je rejette ce snobisme, cette entente collective pour démolir un film bâti, il est vrai, pour faire de l'argent, mais qui possède aussi des qualités. On peut faire de l'argent avec un bon film. Défendre Suicide Squad ne m'empêche pas d'aimer Julieta d'Almodovar. Ça ne m'empêche pas non plus de chroniquer une petite comédie musicale sociale dont personne n'a parlé.

Oui, Suicide Squad c'est drôle, enlevé. Le film reprend cet équilibre délicat entre l'obscur et l'humour, qui fait partie intégrante de la tradition comics. 

Bon, je l'admets, la fin du film est délirante. Et le coda au milieu du générique n'est vraiment là que pour promouvoir le deuxième volet. La belle affaire. Tous les Marvel et DC font de la promotion du film voisin, c'est carrément une marque de fabrique. Reprocher à un film DC d'être commercial, c'est d'une hypocrisie totale.


Un formidable divertissement


Suicide Squad remplit largement le contrat du film de super-héros, en surfant sur la vague des antihéros, remis au goût du jour par Les Gardiens de la galaxie. Margot Robbie est parfaite, Jared Leto est convaincant dans le rôle. Pourtant, la barre était haute : Jack Nicholson a durablement laissé son empreinte sur le personnage, et Heath Ledger est devenu une légende.

Suicide Squad est un formidable divertissement de deux heures dix. Beaucoup de critiques le disent raté, et pourtant le film obtient une excellente note publique sur AlloCiné et IMDb. 

Alors, allez-y, faites-vous votre propre idée. Et surtout, racontez-moi.


Et vous, vous avez aimé le film ? Dites-le en commentaire !



Ça peut vous plaire:


     

Légende

Chef d'oeuvre orange star.jpgorange star.jpgorange star.jpgorange star.jpg Très bon


orange star.jpg
orange star.jpgorange star.jpg Pas mal
orange star.jpgorange star.jpg Moyen

orange star.jpg Pas bon À hurler !