jeudi 8 septembre 2016

DERNIER TRAIN POUR BUSAN : BIENVENUE À BORD







Une réflexion sur la société coréenne


Un film d'horreur coréen, ça vous tente ? Les asiatiques ont un œil pour l'horreur, un talent, un ton jamais vus ailleurs. Ils ajoutent souvent à la terreur une réflexion sur la Corée d'aujourd'hui. Dans Dernier Train pour Busan, Sang-Ho Yeon explore le thème du père absent, de l'obsession du travail et de la performance, ainsi que l'individualisme de la société coréenne. 

La première scène, où le gardien d'une quarantaine, pourtant vêtu d'une combinaison de protection, affirme à un automobiliste qu'il n'y a pas de quoi s'alarmer, rappelle aussi l'hypocrisie japonaise (notamment Tepco) lors du scandale Fukushima.

The Silenced abordait déjà les sujets brûlants en Corée, tels que l'école trop élitiste et le suicide adolescent.

Rythmé, bien filmé, finement interprété


Dernier Train pour Busan est extrêmement bien filmé, surtout dans sa première partie: choix des plans, insistance sur les visages, notamment celui de la petite fille, Su-An.


petite fille Su-An (Kim Soo-Ahn) dans Dernier Train pour Busan, de Sang-Ho Yeon
Su-An (Kim Soo-Ahn) dans Dernier Train pour Busan, de Sang-Ho Yeon 


Les acteurs sont extrêmement convaincants, y compris les seconds rôles. On n'échappe pas aux archétypes du genre - la petite fille supra-intelligente, le papa égoïste, la pom-pom girl et ses copains sportifs - mais ces archétypes passent bien. 


Ahn So-hee (Jin Hee) la pom pom girl dans Dernier Train pour Busan
Ahn So-hee (Jin Hee) la pom pom girl dans Dernier Train pour Busan


Le film nous réserve aussi quelques surprises, comme le benêt secrètement courageux. L'ensemble est très rythmé et bien mis en scène. Dans la forme, Dernier Train pour Busan s'apparente au film d'action : rebondissements, scènes haletantes, suspense intenable, ce n'est pas que dans le train qu'il faut accrocher sa ceinture.

Âmes sensibles s'abstenir


Disons-le tout net : âmes sensibles s'abstenir. Je n'écris pas cela pour rendre le film plus alléchant, même si je conseille fortement d'aller le voir, tant les films sortis l'été sont généralement oubliés la rentrée venue. Dernier Train pour Busan est très angoissant, à la limite de l'injustice poétique. Le spectateur retient son souffle jusqu'à la dernière seconde, au sens littéral.

Le train comme terrain de jeu cinématographique avait été peu exploré jusque-là. Pourtant on ne compte plus les films catastrophe dans les avions. Le train permet une série de long shots, qui changent de la mise en scène habituelle. Le sentiment claustrophobique est présent sans être cliché.

D'accord, on n'échappe pas à la morale façon Scrooge, ni même au pathos dans l'avant-dernière scène. Mais l'ensemble est si bien mené, l'économie de dialogues est rafraîchissante.

Ceci n'est pas un film de zombies


Je me rends compte à mesure que j'écris que je n'ai pas cité un terme essentiel: zombie. Comme quoi Dernier Train pour Busan va bien au-delà. "Zombie" était le seul mot qui venait à l'esprit dans ce nanar terrible avec Schwarzy l'an dernier. Mais avec Dernier Train pour Busan,  la métaphore sociale est réussie, au point qu'on en oublie les zombies au moment de chroniquer. L'économie de jeu de Gong Yoo donne au film une certaine élégance et une dimension universelle. 

Gong-Yoo (Seok-woo) dans Dernier Train pour Busan
Gong-Yoo (Seok-woo) dans Dernier Train pour Busan

On est loin du gros cliché de Tom Cruise voulant sauver sa fille dans La Guerre des mondes, même si le long-métrage de Spielberg était lui aussi efficace.

Tom Cruise et Dakota Fanning dans La Guerre des mondes, de Steven Spielberg (2005)
Tom Cruise et Dakota Fanning dans La Guerre des mondes, de Steven Spielberg (2005)

Survival movie pas comme les autres, film d'action emprunt de réflexion, Dernier Train pour Busan est un film d'horreur qui change des films d'horreur.

Ça peut vous plaire :

  

Légende

Chef d'oeuvre orange star.jpgorange star.jpgorange star.jpgorange star.jpg Très bon


orange star.jpg
orange star.jpgorange star.jpg Pas mal
orange star.jpgorange star.jpg Moyen

orange star.jpg Pas bon À hurler !