mardi 27 septembre 2016

EQUALS, AVEC KRISTEN STEWART : AIMONS-NOUS VIVANTS





Si un film m'inspire le titre d'une chanson naze des années 80, c'est mal parti (vous n'êtes pas obligé de cliquer sur la vidéo.)





Alors Equals, c'est l'histoire d'une vilaine société où on n'a pas le droit d'éprouver d'émotions. C'est la même chose dans The Giver, mais faut pas le dire. C'est surtout pompé sur Huxley, mais je ne suis qu'une méchante intello.


En avant le plagiat !


Les gens dans Equals sont tous sapés en blanc, parce que depuis George Lucas, on n'a pas trouvé mieux.

Robert Duvall et Donald Pleasance dans THX 311 de Geoges Lucas (1971)
Robert Duvall et Donald Pleasance dans THX 1138, de George Lucas (1971)

Bah oui, parce qu'il faut être parfait, et bien bosser sans se laisser encombrer par les sentiments. Comme dans Gattaca.

Uma Thurman et Ethan Hawke dans Bienvenue à Gattaca, d'Andrew Niccol (1997)
Uma Thurman et Ethan Hawke dans Bienvenue à Gattaca, d'Andrew Niccol (1997)

Les travailleurs dans Equals se servent de leur poignet en guise de carte Navigo. Pour les habitants de Gattaca, c'était le doigt.

Dans Equals, y a aussi un p'tit couple.

Kristen Stewart et Nicolas Hoult dans Equals, de Drake Doremus (2016)
Kristen Stewart et Nicholas Hoult dans Equals, de Drake Doremus (2016)

Et ils sont vachement tristes, parce qu'ils ont pas le droit de s'aimer. C'est ballot, quand on sort avec Kristen Stewart, de pas pouvoir lui faire un bisou en public.

Quant à Nicolas Hoult, sacré changement depuis Kill Your Friends, film formidable boudé en salles. Kristen Stewart a elle aussi fait beaucoup mieux.

Pour l'amourette entre Kristen et Nicholas... Vous vous souvenez de la scène où Anakin et Padme batifolent dans Star Wars 2 ? C'est à peu près aussi palpitant.


De bonnes idées piquées ailleurs


Si j'ai trouvé Equals très mauvais, c'est parce que je me bouffe de la dystopie depuis 15 ans. À regarder le film, on ne retrouve que de bonnes idées piquées ailleurs : Zamiatine pour les émotions à éradiquer, la lobotomie pour les récalcitrants les appartements de verre où chacun peut observer ses concitoyens.

Le roman de Zamiatine date quand-même de 1921.


Le roman Nous Autres de Zamiatine


L'amour comme ennemi de l'État est une idée d'Orwell. Le "médicament" pour tout oublier existait déjà en 1932 : il s'agissait du Soma de Huxley. Une voix féminine façon Big Brother résonnait chez Orwell, Terry Gilliam, et même dans The Hunger Games.

Alors, est-ce que Kristen et Nicholas pourront s'aimer quand-même ?


Smiley qui flippe inquiet worried smiley


Pendant 1h41, le suspense est insoutenable. Je veux dire par là que je me suis endormie en route. Dans le rôle de guide du petit couple, j'ai été effarée de reconnaître la grande Jacki Weaver.



Jacki Weaver à l'avant-première de Equals
Jacki Weaver à l'avant-première de Equals

Mais il faut bien une dame emplie de sagesse pour aider les tourtereaux à s'évader. Comme dans The Island.


Scarlett Johansson et Ewan McGregor dans The Island, de Michael Bay (2004)
Scarlett Johansson et Ewan McGregor dans The Island, de Michael Bay (2004)

Dystopie ratée


Drake Doremus, réalisateur de Equals, est un habitué des rom-com. Ça doit être dur pour lui de se mettre à la dystopie. Et puis faudrait pas traumatiser les fans de Twilight qui vont s'empresser d'acheter le film en VOD.

Vous pouvez vous passer de Equals. Si vous voulez une bonne dystopie, jetez plutôt un œil aux films cités dans cet article, et aux bouquins, surtout, qui n'ont pas fini d'inspirer les cinéastes.



Et vous, que pensez-vous du film ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire :


    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire