dimanche 6 novembre 2016

FRIEND REQUEST : TU VEUX DEVENIR MON AMIE ?


Affiche de Friend Request




Friend Request me rappelle l'affiche d'un autre film, bien meilleur.



L'une des affiches promotionnelles de The Social Network, de David Fincher (2010)
On n'atteint pas 500 millions d'amis sans se faire quelques ennemis



Laura a 800 amis sur Facebook, et quatre, peut-être, de véritables.

Jusqu'au jour où la gothique de la fac veut devenir son amie, sur Facebook, et partout ailleurs. 





Laura, gentille comme elle est, accepte sa demande d'amie.



Quelle erreur. Il ne faut surtout pas faire confiance à la nana bizarre, sapée en noir, assise au fond de la classe, qui a l'air d'aimer un peu trop Burton.





Marina la goth devient un peu trop présente, en ligne et à la fac. Du coup, Laura revient sur sa décision.




Et là, c'est le drame. Marina se fâche tout rouge, enfin tout noir. Elle va hanter son "amie" pour le restant de ses jours. Bouh.


Facebook au cinéma et à la télévision



Au cinéma, on ne cesse de nous dire que Facebook et dangereux.



Dans le très médiocre Men, Women and Children (2014) ma chère Emma Thompson nous racontait combien les réseaux sociaux étaient nocifs. En même temps, si on risque de rencontrer le type de Divergente et Nos Étoiles contraires, il y a de quoi se méfier.





Dans ce film de Jason Reitman, pourtant réalisateur du rafraîchissant Juno, Jennifer Garner joue cette fois une mère envahissante (les Américains diraient "Control Freak") une Bree Van Der Kamp de l'ordi.

Le film parlait avec maladresse de la mise en scène de soi sur les réseaux sociaux et de ses excès potentiels. 

Quand le cinéma parle de Facebook, il en parle mal. Vous allez me citer Fincher. Pourtant, The Social Network n'est pas un film sur Facebook. Selon les mots du réalisateur, c'est "un film sur la naissance d'une idée." Le film met deux procès en parallèle, pour raconter l'histoire du milliardaire le plus jeune au monde.





L'an dernier est sorti sur les écrans Les Nouveaux Loups du web, documentaire qui pointait, avec raison, l'utilisation abusive de nos données par ce site "amical"... Mais la seconde partie tombait dans le pamphlet alarmiste, et affaiblissait le propos.

Plusieurs téléfilms à faire frémir les mères de famille ont été diffusés sur France Télévisions et mettaient en scène de vieux satyres se faisant passer pour des jeunes hommes en ligne, prêts à séduire votre fille, votre voisine, votre cochon d'Inde.

On retrouve même le manichéisme dans Le Ciel attendra, toujours en salles.

Même le très bon téléfilm Marion, 13 ans pour toujours, peut être reçu par les imbéciles comme un réquisitoire contre Facebook. Il suffit de deux sous de jugeote pour savoir que l'outil n'est dangereux que par l'usage qu'on en fait. Des parents inquiets auront beau priver leurs mômes des réseaux sociaux (avec le succès que l'on devine) ils resteront à côté de la plaque s'ils ne se battent pas contre le harcèlement scolaire, n'expliquent pas avec pédagogie le danger de se confier à un inconnu en ligne, ou de poster des photos embarrassantes. 

Friend Request  : en avant les clichés !


Qu'en est-il de Friend Request ? Ce titre est une énième "traduction" douteuse, celle de Unfriend, à ne pas confondre avec Unfriended, sorti il y a deux ans.


Affiche de Unfriended (2014)


Le film de 2014 était un Whodunnit (qui a fait le coup ?) reprenant le principe du found footage, popularisé par Le Projet Blair Witch en 1999.


Dans Friend Request, point de Whodunnit, juste la vengeance idiote d'une pseudo sorcière contre la fille la plus populaire de la fac. Palpitant.

Black Mirror, c'est mieux


Avec ses scènes d'horreur attendues et ses sursauts à la con, Friend Request est un amas de clichés : sur les gothiques, d'abord, nécessairement mal dans leur peau, obsédés par la mort, artistes macabres sans amis ni famille. Même le copain geek de Laura est un cliché sur pattes.

Le film est désastreux. Dans sa réalisation pour la première partie, il voudrait faire du Black Mirror sans y parvenir. Le premier épisode de la troisième saison, "Nosedive" (La Chute) s'il n'est pas extraordinaire, parle au moins avec intelligence de la vanité de la popularité en ligne et d'une société de plus en plus obsédée par l'image.




Le troisième épisode, "Shut Up and Dance", parle avec un beau suspense de harcèlement en ligne. Il s'agit d'un thriller efficace, mais guère plus. 

Le dernier épisode de la saison,"Hated in the Nation", dénonce le cyber harcèlement de masse. Charlie Brooker avait d'ailleurs défendu (avec une ironie grinçante, mais tout de même) Rebecca Black, interprète d'une chanson qui s'est retrouvée la risée du net.



Dans sa troisième saison, contrairement aux deux premières, la dystopie de Brooker brandit une menace sans nous tendre de miroir (c'est pourtant l'ambition, comme son titre l'indique, de Black Mirror.)

Facebook : un potentiel au cinéma


Il existe un potentiel formidable dans Facebook pour ce qui est de la fiction : dystopie, science-fiction, anticipation, drame, comédie romantique, docu, tous les genres s'y prêtent. 


Arrêtez de nous expliquer à quel point Facebook est dangereux. Dites-nous plutôt quelque chose sur le milliard de gens (un milliard, oui) qui y sont inscrits, les milliers qui en sont accro, les blogueurs dans mon genre qui y passent des heures. Dites-nous quelque chose sur les amis d'enfance à qui l'on ne parle plus mais dont on apprend, par le biais du réseau social, qu'ils sont mariés, ont des enfants, un hamster, et qu'ils partent à Tourcoing pour les vacances. 

Dites-moi quelque chose sur le malaise que je ressens à voir défiler la vie de personnes que je connais à peine : le visage de leur compagnon, leurs décorations de Noël, ce qu'ils ont mangé à midi.

Arrêtez de nous parler de l'outil. Parlez-nous de nous.


Et vous, que pensez-vous de Friend Request ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire :


    


Légende

Chef d'oeuvre orange star.jpgorange star.jpgorange star.jpgorange star.jpg Très bon


orange star.jpg
orange star.jpgorange star.jpg Pas mal
orange star.jpgorange star.jpg Moyen

orange star.jpg Pas bon À hurler !