jeudi 22 décembre 2016

PATERSON, DE JIM JARMUSCH : ADAM BUS DRIVER





Par Sirius


Salut à tous, c'est encore moi, Sirius, le chien de Marla. J'ai été au ciné hier avec elle. C'était le Louxor, et le plafond était splendide. Je vous parle du plafond, parce que c'est ce qu'on regarde quand on s'ennuie. Le bon côté du Louxor, c'est que quand le film est méga chiant, on peut admirer le décor.








Marla et son homme se sont ennuyés aussi. J'ai laissé mes deux cabots de bipèdes au balcon à se bécoter, tandis que moi, j'ai essayé de regarder le film, caché sous les fauteuils d'orchestre.


On baille à perdre haleine devant Paterson. La faute à Adam Driver et son charisme de caniche ? La faute à un scénario sans scénario ? Pourtant, Paterson, c'est typiquement le genre de film que Marla adore. Les artistes maudits, les poètes pas connus, les films de deux heures qui se passent dans des bourgades américaines que personne connaît...

Et puis, il y a plein de références à la poésie dans ce film sur le poète. Si vous aimez Emily Dickinson, les poètes de la beat Generation, Williams Carlos Williams, Paterson est empli de belles promesses.

Un bus nommé Paterson


Pourtant, la seule référence qui vaille le détour, c'est celle à un autre Williams : Tennessee. Paterson a le nom de sa ville natale, et du terminus du bus qu'il conduit. Il s'agit sans doute d'un clin d’œil à Un Tramway nommé désir: "Desire," c'est le nom du terminus dans la pièce de Williams. Le tramway de Marlon Brando le mène soit au désir soit à la mort.



Pour parler clichés, Paterson conduit le bus de sa propre vie : il se cherche, et tente de se trouver. Son terminus, il y arrivera quand il sera devenu ce qu'il est : poète.

Il s'agit d'une errance existentielle, entre le bar habituel, la maison, le bus, le bar. Les jumeaux que croise Paterson ne sont peut-être que des hallucinations qui lui récitent ses propres textes. L'ensemble, hélas, est d'un ennui mortel.


Bored to death


Une fois cette référence expliquée, je ne sais plus trop quoi vous dire. On s'ennuie tellement pendant ces deux heures. Tout est répétitif, lent, presque inintéressant, comme si Jarmusch l'avait fait exprès. En même temps, on le voit se balader dans la série Bored to Death, qui signifie littéralement s'ennuyer à mourir.

Et heureusement, le plafond du Louxor est splendide.




Le nouveau film de Jarmusch, comme son héros dans son bus, semble tourner en rond. Quel dommage, Only Lovers Left Alive était un grand film.

Dans Paterson, la vie d'artiste apparaît déprimante, malgré la présence de Golshifteh Farahi, qu'on est heureux de revoir après la version décevante de Christophe Honoré des Malheurs de Sophie.



Adam Driver : une bonne nouvelle pour le cinéma ?


Quant à Adam Driver, je le trouve absolument sans aucun charme. Déjà étrange dans le dernier Star Wars, il a aussi joué chez un réalisateur que je trouve surestimé, Noahm Baumbach. Hungry Hearts était si déprimant que Marla ne l'a pas chroniqué. 

Adam Driver est également apparu dans Midnight Special, qu'on nous avait vendu comme le nouveau Spielberg, mais qui a tellement mis Marla en rogne qu'elle ne l'a pas chroniqué non plus.

Et là, en voyant qu'Adam Driver va jouer dans le prochain Scorsese, Silence, et le prochain Terry Gilliam, cette version tant attendue de Don Quichotte, Marla a les jetons.

En fait, le seul rôle où Adam Driver excelle, c'est en Adam Sackler dans la série Girls.



La réalisation de Paterson est réussie, bien sûr : Jarmusch a un grand sens de la lumière et du cadrage, ses plans sont beaux à voir. Mais que dire de plus ?

L'atout du film ? Le chien


Bref, cette fois-ci, elle m'a demandé d'écrire, parce que le chien du couple, un bouledogue anglais, s'avère l'atoutou du film.



C'est le seul être lucide dans ce monde de fous, le seul à regarder ses maîtres avec circonspection, et même un peu de désespoir. Il dort beaucoup. Il est même mort pendant le tournage. D'ennui, peut-être.

Il existe de bien meilleurs films sur les poètes et les artistes en général. Telerama a mis 5/5 à Paterson. En fait, l'ensemble de la critique a été séduit par ce dernier Jarmusch. Mais moi, avec ma franchise de chien, je vous le dis : on s'ennuie ferme, on a très envie de rentrer chez soi manger sa pâtée ou regarder un bon film, tranquillement installé sur le tapis du salon.


Un avis ? Une réaction ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire :



 

Légende

Chef d'oeuvre orange star.jpgorange star.jpgorange star.jpgorange star.jpg Très bon


orange star.jpg
orange star.jpgorange star.jpg Pas mal
orange star.jpgorange star.jpg Moyen

orange star.jpg Pas bon À hurler !