mardi 7 février 2017

JACKIE, AVEC NATALIE PORTMAN : LA PREMIÈRE DAME ÉTAIT EN NOIR






Jackie de Pablo Larrain pose une question essentielle, encore jamais traitée au cinéma : après la mort de John Fitzgerald Kennedy, qu'est devenue son épouse ? Après tant d'espoirs placés en un seul homme, tant d'admiration portée à ce couple, que se passe-t-il le 24 novembre 63, quand la veuve de Kennedy rentre chez elle, son tailleur Chanel taché du sang de son mari ?





On s'y croirait


Le film de Pablo Larrain est particulièrement bien réalisé. Les plans, notamment en plongée, sont magnifiques. La photographie, qui reprend les couleurs acidulées des années 60, est très soignée. On s'y croirait. On ne sait plus bien s'il s'agit d'une histoire-fiction ou d'images d'archives.

JFK n'aura passé que deux ans au pouvoir. Deux ans où il aura imposé un style (dont ce sont inspirés les Obama et même le couple Cécilia / Nicolas Sarkozy) et une ligne démocrate qui émeut les nostalgiques. Ce dont on se souvient, ce sont les Peace Corps, le début de la conquête spatiale, la formule "Je suis Berlinois", les missiles de Cuba et sa gestion de guerre froide, son soutien de la lutte des droits civils et sa conscience sociale. 


Kennedy par Norman Rockwell (1960)
Kennedy par Norman Rockwell (1960)


La phrase-clé du film vient de Bob Kennedy (Peter Sarsgaard) : 

"Qu'avons-nous accompli ?"

Peu de temps au pouvoir et pourtant tant de choses amorcées, concrétisées par d'autres parfois.

Et puis il y a John Hurt dans l'un de ses derniers rôles : il entend la confession de Jackie Kennedy, et sa sagesse de prêtre recèle une dimension prémonitoire. Les derniers mots qu'il adresse à la première dame sur le deuil et le besoin d'avancer est à la fois simple et profond.


Merveilleuse Natalie Portman


Surtout, Natalie Portman joue à la perfection cette femme restée digne dans le chagrin, brisée mais élégante. On croit voir, surtout dans les premières images, la vraie Jackie à l'écran. 





La scène du traumatisme est très bien rendue, et Natalie Portman et déchirante. Elle a beaucoup bossé son rôle : port de tête, démarche, posture, voix, tout y est, et dans la retenue. Un vrai rôle à Oscar, sans en faire trop.

C'est aussi un plaisir de retrouver Billy Crudup, fils d'Edward Bloom dans Big Fish, en journaliste tentant de percer le mystère de Jacqueline Kennedy.

Les fans de Mad Men seront aussi servis : Jackie fume clope sur clope, les costumes et la photo rappellent beaucoup la série de Matthew Weiner.






L'un des meilleurs films du moment


Jackie, film élégant et d'une grande profondeur, apparaît en mélodrame réussi d'une Histoire inachevée.

Le montage subtil entre l'après-Dallas et l'émission de télévision où Jackie Kennedy incarnait la parfaite hôtesse de la Maison Blanche permet de mettre en lumière le factice de la fonction de première dame, et la fascination qu'elle provoque.

Jackie est l'un des meilleurs films du moment, c'est un privilège de le découvrir sur grand écran.


Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire :


    

Légende

Chef d'oeuvre orange star.jpgorange star.jpgorange star.jpgorange star.jpg Très bon


orange star.jpg
orange star.jpgorange star.jpg Pas mal
orange star.jpgorange star.jpg Moyen

orange star.jpg Pas bon À hurler !