vendredi 28 avril 2017

LES GARDIENS DE LA GALAXIE 2 : JE SUIS TON PÈRE (MAIS PAS TROP)






Excitée comme une gosse, je suis allée voir Les Gardiens de galaxie 2 le jour de sa sortie.






Un scénario tombé dans l'hyper-espace



J'aimerais bien vous parler de l'excuse du film, de son alibi scénaristique, mais il n'existe pas. Le scénario a dû tomber dans l'hyper-espace. C'est une joie, bien sûr, de retrouver ces personnages loufoques. 





Mais comme plaisir, il n'y a que cela. Certains films manquent d'enjeu, et d'autres n'en ont pas du tout.



Dans le premier volet des Gardiens de la galaxie, la quête était simple : retrouver un Orbe précieux, qui faisait de vous le maître du monde.



Chris Pratt fasciné par l'Orbe dans Les Gardiens de la galaxie n°1, sorti en 2014
Chris Pratt fasciné par l'Orbe dans Les Gardiens de la galaxie n°1, sorti en 2014


Chris Pratt a l'habitude d'être le maître du monde : dans Jurassic World, il sauve le monde des méchants dinos qui veulent nous bouffer tout crus. Dans Passengers,  il est littéralement seul maître à bord. Chez James Gunn II, il est carrément élevé au rang de Dieu.





Mais là, point d'orbe à aller chercher. La bande de Star-Lord ne cherche rien, d'ailleurs. Ce qui faisait le sel du premier épisode, à savoir l'humour ravageur, tombe à plat ici : répliques fades, attendues, insistance lourde, on rit davantage de fatigue que d'enthousiasme.

Les effets spéciaux sont impressionnants, comme toujours, mais ce n'est pas suffisant. Le charme du tour de manège du premier opus n'agit plus.

On pense une nouvelle fois à Captain EO, mais on ressent une envie folle de revoir le court-métrage avec Jackson, plutôt que de subir  cette mascarade.






Marre. De ses films sans scénario qui ressemblent à des joujoux trop chers. Navrée pour ceux qui payent 11,50 € afin de voir ce feu d'artifice futile.

Joli spectacle ? Rien n'est moins sûr. Tant de couleurs et si peu de choses à dire, c'est déprimant. Ajoutez à cela la consternation de voir Kurt Russell dans cette galère. 




Kurt Russell est le papa de Chris Pratt dans Les Gardiens de la galaxie 2. Quelle chance.
Kurt Russell est le papa de Chris Pratt dans Les Gardiens de la galaxie 2. Quelle chance.


Habituellement, sa participation aux films est bienvenue. Je me souviens de son rôle formidable chez Tarantino, dans Le Boulevard de la mort.




Tarantino l'avait choisi en référence à son succès dans les films de genre des années 80. James Gunn le fait jouer dans Les Gardiens pour la même raison.

Eder, notre spécialiste des blockbusters sur Marla's Movies, parle souvent de l'échec d'un film à cause d'un antagoniste décevant. C'est le cas dans Les Gardiens de galaxie 2. Kurt Russell, malgré tout son charisme, ne parvient pas à sauver ce naufrage intergalactique.


Gâchis d'argent et de talents


On a la sensation, devant Les Gardiens de la galaxie 2, d'un immense gâchis d'argent et de talent. Chris Pratt était si drôle dans le premier épisode, et dans la série Parks and Recreations, qui l'a lancé comme héros ordinaire hilarant.



Chris Pratt joue Andy Dwyer dans Parks and Recreation
Chris Pratt joue Andy Dwyer dans Parks and Recreation

Le côté potache n'étonne plus, quand il faisait la force du premier épisode, véritable vent de fraîcheur dans la galaxie Marvel. Même la BO apparaît ici assez fade, décalée, mais dans le mauvais sens du terme.

Les acteurs s'amusent sans doute entre eux, mais le spectateur, pas forcément. Vous aurez toujours les inconditionnels pour écrire des critiques dithyrambiques sur ce film trop long de 2h20. Il tiendrait en fait dans sa bande-annonce de deux minutes trente. Même le synopsis d'Allociné ne parvient pas à donner l'illusion d'une intrigue :



Musicalement accompagné de la "Awesome Mixtape n°2" (la musique qu'écoute Star-Lord dans le film), Les Gardiens de la galaxie 2 poursuit les aventures de l'équipe alors qu'elle traverse les confins du cosmos. Les gardiens doivent combattre pour rester unis alors qu'ils découvrent les mystères de la filiation de Peter Quill. Les vieux ennemis vont devenir de nouveaux alliés et des personnages bien connus des fans de comics vont venir aider nos héros et continuer à étendre l'univers Marvel.


En Groot pour l'aventure ?



Baby Groot, si mignon à la fin du premier épisode, apparaît ici pour ce qu'il est : un objet de merchandising qui fera la joie de Marvel, et donc de Disney. Quelle tristesse. J'attendais tant de cette nouvelle aventure. Tout est raté dans les Gardiens de la galaxie 2. La recherche du père, qui a fait le succès de Star Wars, est complètement vaine. On avait aussi vite fait de regarder l'excellent Toy Story 2, où Woody se rendait compte que son père n'était autre que son pire ennemi.






Dans Les Gardiens de la galaxie aussi, Star-Lord rattrape le temps perdu avec Papa en jouant à la ba-balle.
Quant aux références qui faisaient le succès du premier volet, elles sont quasiment absentes dans le deuxième, à part le retour de Howard le canard. Je préfère ne pas parler de la présence de Stallone au casting.





Même les clins d'œil du générique de fin peinent à susciter l'attention.

Quel dommage de faire un premier épisode si réussi, et de tomber dans le travers d'un deuxième opus qui ne raconte rien.

Ras le bol. Je me tape un épisode de Parks and Rec ce soir.




Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !


Les Gardiens de la galaxie 2 a divisé la rédaction. 
Voici la critique positive du film :