samedi 30 septembre 2017

DEMAIN ET TOUS LES AUTRES JOURS : LA TÊTE DE MAMAN





Chère Noémie, 

Je me permets de vous appeler par votre prénom parce que je ne sais pas écrire votre patronyme. 
Au vu des rires des ouvreuses hier soir, je ne sais pas le prononcer non plus.

Je me promenais donc hier sur les Champs-Élysées, avec l'envie d'un film à voir. J'ai vu votre nom sur l'affiche, et j'ai tout de suite souri, au souvenir de vous sur votre bicyclette dans Camille Redouble. Je n'avais rien lu ni vu sur Demain et tous les autres jours. Je me méfie des bandes-annonces et des résumés hâtifs.





Je vous ai retrouvée dès le générique du film : la photo, les couleurs, la fantaisie, la tendresse.

J'ai instantanément aimé Mathilde. J'ai tout de suite aimé sa mère. Elle est belle dans sa folie douce.




L'air de rien, à mesure que le film avance, la folie douce ne l'est plus vraiment.

Mathilde, 10 ans peut-être, tâchera de ne pas sombrer à son tour dans la folie. Pour cela, elle se fera aider par une chouette domestique.




Vos couleurs font penser à Demy, à Michel Boisrond et son petit Poucet. Que la chouette se mette à parler à Mathilde étonne à peine. Qu'il s'agisse d'un être magique ou d'un ami imaginaire n'a pas grande importance. Il l'aide, dans sa sagesse, à rester saine d'esprit.

La chouette devient le Jiminy Cricket de Mathilde. Il lui souffle les bonnes décisions dans ce drôle de monde. Une autre voix, celle de Mathieu Amalric, qui joue son père, l'accompagne également. On se demande d'ailleurs pourquoi ce père, médecin, ne l'emmène pas avec lui pour la séparer de cette femme qui est enfant elle-même.

Vous n'êtes pas très tendre avec les adultes dans Demain et les tous les autres jours. Ni les professeurs de Mathilde, ni même les policiers ne prennent soin de la fillette.

Je ne dirai rien du conte au cœur du film qui fait de Mathilde une Ophélie magnifique.

Je ne dirai rien de votre regard bouleversant en maman perdue. Je ne parlerai pas, comme à mon habitude, de métaphore, de symboles, même si Demain et tous les autres jours en est truffé. 



Pour que les gens aillent voir un film, il faut savoir se taire.

Vous dédiez votre film à Geneviève. Je ne peux écrire son nom de famille puisque c'est le vôtre. Je devine qu'il s'agit de votre propre mère. Je n'aurais pas posé la question si j'avais eu la chance de vous rencontrer lors d'une avant-première. Je suis moins timide à l'écrit.

Mathilde, est-ce un peu vous ?




Ça peut vous plaire :






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire