mercredi 10 janvier 2018

BLACK MIRROR, "USS CALLISTER" : LE CÔTÉ OBSCUR DE STAR TREK








Robert Daly est un codeur de génie méprisé par ses collègues de travail. Jusqu'à l'arrivée de Nanette, fan inconditionnelle. Robert, lui, est un grand fan de Star Trek… pardon, de Space Fleet, comprenez "flotte de l'espace". Il l'aime, sa série. Au point d'avoir recréé son univers favori en jeu de réalité virtuelle grandeur nature. Qui n'a jamais rêvé d'être le capitaine Kirk ? Il est beau, blond, fort, et il gagne toujours à la fin… comme Starsky et Hutch (non, on ne chante pas).


Tout cela apparaît fort sympathique, surtout aux fans de Star Trek (appelés Trekkies). Ils verront de multiples références (on reconnaîtra aisément le fidèle Spock), notamment à l'épisode 18, bien connu, de la bataille entre le capitaine Kirk et un monstre peu convaincant.






Rien de mal ne peut survenir dans un tel univers, pourrait-on croire. Détrompez-vous. Pour peu que le geek en question ait un vrai problème avec sa vie réelle, la vie virtuelle devient, disons, complexe.



Live long and suffer


Robert Daly ressemble à un mec qui n'a jamais digéré ce qu'on lui a fait au lycée. S'il est nécessaire, dans tous les cas, de dénoncer le harcèlement ou le mal-être au travail, Brooker se pose la question du harcelé qui devient harceleur. Et si le gentil geek se changeait en tyran une fois dans ce petit monde créé à l'image de sa série favorite ?



C'est ce qui se produit pour Robert, et le capitaine Kirk en prend un sacré coup.

Dans un précédent épisode Black Mirror, "White Christmas", on créait des clones domestiques. Dans "USS Calister", Robert se fabrique un coffre à jouets peuplé des clones de ses collègues de bureau, pour faire joujou avec et les torturer à sa guise, histoire de se décharger un peu de sa frustration quotidienne.

Charlie Brooker, qui a défendu Rebecca Black, harcelée en ligne, s'intéresse de près à ce sujet, comme il l'a prouvé dans "Shut up and dance," épisode de la saison 3 de Black Mirror, où un jeune homme est victime d'un troll diabolique.

Ce n'est pas la première fois que la fiction prend les gens pour des jouets, et vice versa.



Des "jouets" pas comme les autres au cinéma et dans les séries (Attention Spoilers)


Dès 1939, dans Le Magicien d'Oz, Dorothy, par le pouvoir de l'imagination, retrouvait les personnes de son quotidien sous les traits d'un épouvantail, d'un homme en fer blanc, d'un lion peureux et... d'une sorcière.




Dans "USS Callister", Robert choisit de changer son associé en Spock, et ses collègues de travail sexy et inaccessibles en jolies poupées qu'il pourra embrasser fougueusement à chaque fin d'épisode.

Dans Ultimate Game, sorti en 2009, une société futuriste propose aux gosses de riches de jouer littéralement avec un être humain, et d'en faire un avatar de jeu vidéo.





Côté français, Pierre Richard se faisait carrément acheter dans un magasin par un gosse pourri gâté.




L'exemple le plus illustre est sans doute l'épisode, devenu classique de La Quatrième dimension, intitulé "Cinq personnages en quête d'une sortie."

Dans cet épisode, cinq personnes sont prisonnières d'un monde étrange et tentent d'en sortir. Mais si vous avez vu Toy Story, vous cramez assez vite la fin.



Ces "personnes" n'en sont pas. Il s'agit de jouets au fond d'un seau à jouets. Ils souhaitent reprendre leur liberté mais n'y parviendront pas.


L'attaque des clones


Le titre "Cinq personnages en quête d'une sortie" aurait très bien convenu à "USS Callister." Les clones des collègues de Robert chercheront eux aussi à s'échapper du jeu cruel où il sont enfermés. C'est Nanette, geek en chef, qui échafaudera un plan efficace. Pour une fois, le chantage en ligne sert de bonnes fins : Nanette clonée parviendra à contacter la vraie Nanette pour la faire agir, en vue de libérer les clones prisonniers. Elle lui enverra un message de 140 caractères, limite d'un message Twitter jusque récemment.


Pour les fans de Doctor Who, à la fin de l'épisode "Extremis" (S10E06), le spectateur se rend compte que les personnages se trouvent dans une simulation virtuelle de la vie terrestre. Il s'agit pour les extra-terrestres d'observer les humains sur Terre en vue d'une invasion. Comme dans "USS Callister", le Docteur virtuel parvient à contacter son homologue réel.



Le docteur face à l'alien dans l'épisode "Extremis"
Le Docteur face à l'alien dans l'épisode "Extremis"

Nanette permet aux clones de s'échapper, dans un épisode haletant qui devient, comble de l'ironie, proche d'un épisode véritable de Space Opera (suspense, difficulté à passer une zone difficile dans l'espace, etc.). Le passage dans la ceinture d'astéroïdes rappelle d'ailleurs une séquence marquante de Star Trek, sans limites, dernier film adapté de la saga.

Charlie Brooker nous offre un beau pastiche de Star Trek, de l'humour et, comme toujours, une réflexion adroite sur notre rapport aux nouvelles technologies. 

Ne ratez pas "USS Callister," assurément l'épisode le plus fun de cette quatrième saison de Black Mirror.



Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !



Pour d'autres analyses des épisodes de Black Mirror :