mercredi 24 janvier 2018

PENTAGON PAPERS, DE STEVEN SPIELBERG : LES LIAISONS DANGEREUSES







Quand je pense au Washington Post, une image me vient en tête : je ne l'ai malheureusement pas retrouvée sur le web, mais il s'agissait d'une caricature du président Nixon, épinglé au mur par la plume du journal.

Pentagon Papers est un film formidable à découvrir dans le contexte actuel. Le Canard enchaîné ne fit-il pas tomber François Fillon avant l'élection présidentielle ? N'est-ce pas Mediapart, journal en ligne, qui révéla au grand public le scandale de l'affaire Bettencourt dans lequel Sarkozy est mouillé jusqu'au cou ? 


Depuis un certain 7 janvier, la France sait qu'elle a besoin de la presse.

Good Morning Vietnam


Tout le monde se souvient du scandale du Watergate et de la démission de Nixon. Mais qui se souvient de l'affaire précédente, cette fois révélée par le New York Times, dans laquelle Nixon était déjà impliqué ? Non seulement lui, mais également des présidents très estimés comme Eisenhower et JFK.

L'affaire, c'est le Vietnam. Tous les présidents cités ont plongé les Américains dans une guerre perdue d'avance. Pourtant, pour ne pas perdre la face, et uniquement pour cela, les présidents ont tous envoyé à la mort de milliers de jeunes gens pour éviter d'être le président de la défaite.




D'avoir fait des années de fac en études anglophones, j'ai retenu que les États-Unis avaient connu deux grands traumatismes : l'esclavage… et le Vietnam.

Le Vietnam est de loin la plus amère défaite du continent. Humiliation militaire, pertes humaines abominables, le Vietnam aux States c'est un peu comme les guerres mondiales chez nous : une boucherie qui marque les esprits pour longtemps, et condamne une grande partie des intellectuels à un pessimisme permanent.

Il est ironique de voir Tom Hanks à l'affiche de Pentagon Papers. En effet, dans Forrest Gump, il avait déjà démontré l'absurdité de la guerre au Vietnam, dans la peau d'un soldat qui tenta en vain de sauver son ami.



Touche pas à mon Post


Comme le titre original de Pentagon Papers - The Post - l'indique, le film de Spielberg est moins sur le scandale politique du Vietnam que sur le journal. Le réalisateur s'attaque à un gros sujet sous un angle original et audacieux : plutôt que de braquer la caméra sur le Times, qui fit éclater le scandale, il préfère regarder l'histoire par la "petite" lucarne, et nous montrer comment son concurrent, le Washington Post, reprit l'affaire à ses risques et périls.




L'intérêt de parler du Washington Post et non pas du New York Times ? Evoquer non pas le champion en titre mais le challenger. Le Washington Post, à l'époque, n'était qu'un journal local dont la vie dépendait d'une poignée d'actionnaires.

En effet, Nixon voulut faire interdire le New York Times d'avoir publié des informations ultra-secrètes. Et voici que dans la tête d'un spectateur de 2018 jaillissent les visages d'Edward Snowden et de Julien Assange. Côté français, on pense aisément à Claire Thibout, qui par son intégrité, a participé au dévoilement de l'affaire Bettencourt. Oui, car les Pentagon Papers sont le fruit d'une fuite orchestrée par un lanceur d'alerte de l'époque, devenu la source des deux journaux concurrents.

Nixon, on le sait, n'était pas un tendre. Les papiers du Pentagone montre le bras de fer entre le Washington Post, dirigée par Katherine "Kay" Graham (Meryl Streep, toujours parfaite) et son rédacteur en chef Ben Bradlee (Tom Hanks) et Nixon, soutenu par une équipe de requins prête à tout pour maintenir le pouvoir en place.


J'ai vu le film de Spielberg avant-hier, et pourtant je n'écris que ce matin : il a fallu que je lise la tribune de plusieurs journalistes contre Bolloré pour prendre la plume. L'homme d'affaires intente en effet des procès systématiques aux journaux et associations qui osent divulguer des infos gênantes sur son entreprise.


Les chiens de garde


Se posent dans le film des questions essentielles sur le journalisme et la déontologie : peut-on trahir le secret militaire pour informer le public ? Comment dénoncer des personnes haut placées, qui au passage, dînent chez vous régulièrement ? C'est le dilemme de Kay et Ben, journalistes proches de Kennedy et de certains membres de l'administration Nixon.

Revoilà la question épineuse des relations entre journalistes et politiques. C'est Paul Nizan, ami de Sartre, qui en parle le premier dans Les Chiens de garde





Il a fallu attendre 2011 pour qu'un documentaire reprenne l'idée.



À partir du moment où journalistes et politiques font la même école – Sciences Po et l'ENA - on peut supposer qu'ils resteront copains au-delà des études. On croit certains politiques et journalistes adversaires à l'antenne, quand ils déjeunent ensemble au restaurant en toute complicité.

Kay reçoit ainsi des puissants à sa table, et il est bien malaisé d'en dire du mal dans son journal.

L'intelligence de Pentagon Papers est de me faire réfléchir à ma propre pratique. À mon petit niveau de blogueuse, certaines questions d'éthique se posent déjà : si j'organise un concours autour d'un film que je pense prometteur, mais qu'en le voyant, il me déplaît ? Dois-je écrire une chronique pour dire à mes lecteurs que je leur ai proposé des places pour un mauvais film ? Si je trouve le film bon au contraire, ne serait-ce pas interprété comme de la complaisance ? Qu'en est-il des amis (
cinéastes, chefs-opérateurs, distributeurs de films) que je me suis créé au fil du temps ? 

Demi-solution : ne pas écrire sur les films que je propose en concours, ou alors juste un papier sur les questions culturelles en jeu.


The Newsroom


Pentagon Papers offre donc une réflexion sur les pratiques du journalisme. Dans Sur la télévision, Bourdieu expliquait déjà que dans une salle de rédaction, il est autant question de ce que publient les concurrents que d'actualité pure. 
La concurrence est rude dans le milieu de la presse ? Qu'à cela ne tienne ! Envoyons un espion du Post au Times pour voir ce qui s'y trame. Si le Times révèle un scandale politique d'ampleur, alors le Post est à la traîne. Les papiers du Pentagone sont si conséquents qu'il y a dans ce scoop plusieurs scoops à venir, à la manière dont le Canard enchaîné propose un feuilleton à chaque scandale qu'il met au jour.

Si vous aimez les séries politiques, et notamment celles d'Aaron Sorkin, Pentagon Papers peut vous plaire. En effet, le scénariste américain a longuement écrit sur les relations entre la politique et la presse, et la difficulté du métier de journaliste.





Meryl Streep est très douée dans les rôles de femmes de tête aux prises avec un monde d'hommes. Elle l'avait déjà prouvé dans un biopic de Thatcher.




L'Histoire en marche


Difficile, en regardant Pentagon Papers, de ne pas penser aux Hommes du président, excellent film de 1976 mettant en scène deux journalistes du Post qui décidaient de se pencher sur un certain immeuble : le Watergate. 




Pentagon Papers est empli d'ironie dramatique. De nombreuses répliques s'adressent directement aux spectateurs d'aujourd'hui, qui savent que pour le journal  - et surtout pour Nixon lui-même - le plus dur est à venir. Les deux films résonnent donc comme des pamphlets pour la liberté de la presse. 

Pentagon Papers nous dévoile comment la presse, d'abord instrument du pouvoir, est devenu son juge et peut-être son garde-fou. Réalisation sobre, pléiade de bons acteurs, Spielberg met tout en œuvre pour nous faire vivre ce moment-clé où un journal, plutôt que de commenter l'Histoire en marche, en est devenu un acteur décisif.



Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire :