vendredi 23 février 2018

LE RETOUR DU HÉROS : ARNAQUES, FRIME, ET DEUX COMIQUES


Jean Dujardin dans Le retour du héros de Laurent Tirard (2018)



Par Tim Bullock

Lettres d'une inconnue


France, 1809. Alors qu’il vient de demander la main de Pauline Beaugrand, fille d’une bonne famille, le capitaine des hussards Neuville reçoit l’ordre de partir au front. C’est la campagne d’Autriche, celle d’Essling et de Wagram.


Bataille de Wagram, 6 juillet 1809, tableau d'Horace Vernet (1836)
Bataille de Wagram, 6 juillet 1809, tableau d'Horace Vernet (1836)


En partant, il promet d’écrire chaque jour à Pauline. Mais les jours passent sans lettres... Voyant Pauline dépérir, sa sœur Élisabeth décide de prendre la plume et de jouer le rôle du capitaine Neuville. Elle lui invente ainsi des aventures puis le fait mourir... sauf que le vrai Neuville revient ! Il s’approprie sans vergogne le rôle du héros mais doit composer avec Élisabeth. Désormais liés par leurs mensonges, ils vont se livrer une bataille sans merci.




De l'arnaque considéré comme un des beaux-arts


Le sujet est intemporel. Des arnaqueurs, des usurpateurs, des mythomanes ; il y en a à toutes les époques. Mais le mérite de Le Retour du héros est de rappeler, sous couvert d’un film en costumes, que l’imposture adore le temps de guerre. Nous sommes à 
une époque où les choses vont vite (on est 20 ans après la chute de la Bastille, 15 après celle de Robespierre et on en est au 5e régime politique depuis la chute du roi !) et où il n’existe pas de téléphones ni de réseaux sociaux. Un imposteur de génie peut donc prospérer en toute impunité et raconter des salades grosses comme des éléphants sans risquer d’être contredit par une recherche sur smartphone. La belle époque !


Le capitaine Neuville (Jean Dujardin, au centre) dans Le Retour du héros de Laurent Tirard (2018)
Le capitaine Neuville (Jean Dujardin, au centre) dans Le Retour du héros de Laurent Tirard (2018)

Impossible en voyant Le Retour du héros de ne pas penser à Cyrano de Bergerac. Le héros pallie au manque d'esprit de Christian en écrivant lui-même les lettres de guerre qu'il devait envoyer à son épouse Roxane. Mais à la différence de Pauline, les lettres entraînent une prompte arrivée de la destinataire éblouie au théâtre des combats !

Roxane (Anne Brochet) dans Cyrano de Bergerac, d'après Edmond Rostand, de Jean-Paul Rappeneau (1990)
Roxane (Anne Brochet) dans Cyrano de Bergerac, d'après Edmond Rostand, de Jean-Paul Rappeneau (1990)

On peut toutefois inverser le processus, avec une arnaque du côté du destinateur, dans le but de rassurer le destinataire. C'est ce qui arrive dans La Promesse de l'aube de Romain Gary (qui a donné lieu à une adaptation inégale au cinéma fin 2017). On pense aussi au récent Madame où une servante et sa maîtresse se retrouvaient prises au piège de leurs mensonges sur l'identité de la première.

Rossy de Palma et Toni Collette dans Madame de Amanda Sthers (2017)
Rossy de Palma et Toni Collette dans Madame de Amanda Sthers (2017)

La série des Frankenstein de la Hammer vient aussi à l'esprit car, quelque part, Neuville représente la Créature qui échappe à son Créateur. Si on savait Jean Dujardin très à l’aise dans l'humour, la bonne surprise c’est Mélanie Laurent. Dans le rôle de la pince-sans-rire Élisabeth, elle réalise une performance comique de bon aloi.

Comme le film joue la carte de l’humour, Le Retour du héros lorgne vers Élémentaire, mon cher… Lock Holmes ! Dans ce film sorti en 1988, Holmes n’existe pas. Plus exactement, c’est un acteur engagé par le docteur Watson, génial enquêteur, pour incarner le personnage qu’il a imaginé mais qui se révèle un cabot alcoolique et chaud lapin !

Le Dr. Watson (Ben Kingsley) et le faux Sherlock Holmes (Sir Michael Caine) dans Élémentaire, mon cher… Lock Holmes, réalisé par Thom Eberhardt (1988)
Le Dr. Watson (Ben Kingsley) et le faux Sherlock Holmes (Sir Michael Caine) dans Élémentaire, mon cher… Lock Holmes, réalisé par Thom Eberhardt (1988)

Néanmoins, la plus belle histoire où une créature se joue des attentes de son créateur, c’est quand même la Bible qui nous la raconte !


Raison et sentiments

Neuville, c’est aussi la figure du double. En effet, s’il existe bien un vrai capitaine Neuville, il en existe un autre ; celui créé par Élisabeth. Le double ainsi créé révèle en creux le vrai Neuville, reflet du peu d’estime que lui porte la créatrice. Le "héros" dont Pauline lit les exploits – franchement rocambolesques même si l’adjectif n’existe pas encore en 1809 ! – est courageux, intrépide, altruiste, intelligent, désintéressé et il sait nager !

Monsieur (Christian Bujeau) et Madame Beaugrand (Évelyne Buyle) dans Le Retour du héros
Monsieur (Christian Bujeau) et Madame Beaugrand (Évelyne Buyle) sont sous le charme !

Si Élisabeth écrit pour sauver sa sœur de la dépression, elle révèle aussi un tempérament romanesque caché sous son pragmatisme et se relative froideur. C’est aussi la clef de son "accord" avec Neuville. Si elle l’avait simplement détesté, elle n’aurait pas pris de gants. Cela montre également qu’Élisabeth se sent à l’étroit dans la société impériale qui la corsète et ne voit pour elle que le mariage comme horizon social. Le "capitaine Neuville" dont elle écrit les exploits, c’est elle ! Madame rêve !

Élisabeth (Mélanie Laurent) dans Le Retour du héros
Élisabeth (Mélanie Laurent) dans Le Retour du héros


L'Arnacoeur 


Jean Dujardin avait déjà joué dans un film historique (The Artist) mais c’était relativement "contemporain" par rapport à l’Empire. Très élégant, l’acteur porte haut l’uniforme des hussards et se montre très à l’aise en costume d’époque. Il évolue dans le cadre du château de Nandy (Seine et Marne) avec l’assurance et la décontraction d’un familier des lieux et de l’époque. L’œil égrillard et le sourire aux lèvres, il donne une existence concrète à Neuville tout à fois jouisseur, escroc (en avance sur son temps vu le système mis en place !), sachant tirer profit des occasions et doté, sinon de courage, au moins d’un très sûr instinct de conservation !

Neuville (Jean Dujardin) et Pauline (Noémie Merlant) dans Le Retour du héros
Neuville (Jean Dujardin) et Pauline (Noémie Merlant) dans Le Retour du héros

Mais Neuville n’est pas un imbécile et encore moins une baudruche sans consistance. C’est le talent de son interprète de le rendre juste assez sympathique pour que l’on s’intéresse à ses manigances, que l’on s’intéresse à son existence et, aussi avec mauvaise conscience mais juste un peu, que l’on espère qu’il s’en tire sans trop de mal.

Élisabeth (Mélanie Laurent) doit jouer serré avec Neuville (Jean Dujardin) dans Le Retour du héros
 Élisabeth (Mélanie Laurent) doit jouer serré avec Neuville (Jean Dujardin) dans Le Retour du héros

Mélanie Laurent impeccable


De son côté, Mélanie Laurent réalise une splendide partition. Somptueuse en tenue d’époque, c’est surtout par sa répartie qu’elle impose son personnage. En cela, elle évite l’anachronisme que serait une femme trop indépendante. Mais, elle place Élisabeth dans l’héritage des salons des Lumières où les femmes brillaient par leur esprit. À elle revient l’humour acide et pince-sans-rire. Par son maintien assez raide, elle montre qu’Élisabeth est en position un peu fausse au sein de sa famille et de la société. 
À tout moment, l’actrice se montre éminemment juste. Placide, tranquille, à l’affût ou agressive mais aussi tendre ou émue, elle varie son jeu avec souplesse et à-propos. On ne lui connaissait pas un tel potentiel comique mais on en redemande !

Élisabeth (Mélanie Laurent) et Neuville (Jean Dujardin) dans Le Retour du héros
Élisabeth (Mélanie Laurent) et Neuville (Jean Dujardin) dans Le Retour du héros

Une belle fin ?


Le problème avec un film si bien écrit c’est justement son écriture car comment le terminer ? Visiblement, Laurent Tirard s’est posé la question mais sans pouvoir donner une réponse satisfaisante. Comment ne pas rompre trop abruptement la narration ? Face au choix effectué, le spectateur a deux possibilités. Se dire que ce n’est pas très convainquant ni crédible. Ou, comme Élisabeth, choisir d’en rire. 


Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !


 Ça peut vous plaire :


  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire