dimanche 11 mars 2018

LES AVENTURES DE SPIROU ET FANTASIO : Z COMME ZÉRO ?






Par Tim Bullock

Du neuvième au septième art


Adapter une bande dessinée au cinéma n’est pas un exercice nouveau, mais il est toujours délicat. Si l'auteur travaille sur l'adaptation, les chances de ratage sont moindres (l'excellent Persépolis de Marjane Satrapi), mais pas inévitables. Sans l'auteur d'origine, le résultat est souvent décevant.


Pour rester dans la BD franco-belge, on a eu le désastre du Lucky Luke de Terence Hill ou le Blueberry avec Vincent Cassel. C’est en remaniant considérablement l’œuvre de Tardi, sombre et glauque, que Luc Besson est parvenu à faire des Aventures d’Adèle Blanc-Sec un film d’aventure lumineux, plein d’allant et d’humour (quitte à crier à la trahison)

Pour Besson, l'échec retentissant de Valérian et la cité des mille planètes, calamiteuse adaptation de la BD originelle, n'en fut que plus rude.

Dane DeHaan et Cara Delevingne se demandent où est passé le scénario dans Valérian et la Cité des mille planètes de Luc Besson (2017)
Dane DeHaan et Cara Delevingne se demandent où est passé le scénario dans Valérian et la Cité des mille planètes de Luc Besson (2017)



Spirou et Fantasio à travers les âges

Les Aventures de Spirou et Fantasio a fort à faire avec son héritage : Spirou a 80 ans ! Il a été créé en 1938 par le Français Robert Velter (dit Rob-Vel) qui imagine un groom travaillant dans au Moustique Hôtel. "Moustique" deviendra le journal où travaille Fantasio. 


La création est ensuite rachetée par Dupuis en 1939. Après l’intérim de Jijé (1943-1946) qui imagine Fantasio, Dupuis confie le personnage à un dessinateur, un certain Franquin.

André Franquin, qui a amené la série à son âge d'or
André Franquin, qui a amené la série à son âge d'or

C’est à lui que Spirou doit tout, notamment l’univers qui l’entoure. Entre 1946 et 1968, Franquin invente la ville de Champignac avec son maire et son illustre comte (Il y a un sorcier à Champignac, 1950), le marsupilami (Spirou et les héritiers, 1952). Seccotine (La corne du rhinocéros, 1953), Zorglub (Z comme Zorglub, 1959). Les auteurs ultérieurs développeront cet univers sans rien y ajouter de spécial.



En 1968, lassé d’un personnage qui n’est pas le sien et qu’il considère comme une "coquille vide", Franquin s’efface. Il est remplacé par Fournier (1968-1980), qui fait du bon travail (L’Ankou, 1977), puis par le duo Tome et Janry (1984-1998) mais ceux-ci orientent la série vers trop de noirceur et de sérieux (on se pince pour croire que Machine qui rêve est une histoire de Spirou !) et ils seront remerciés. La série est toujours en cours aujourd’hui, avec le même duo depuis 2009 (Yoann et Vehlmann). Depuis la parution de la BD, on compte deux adaptations en série animée, mêlant adaptations et scénarios originaux, en 1993 et 2006. Avant que le réalisateur Alexandre Coffre s'empare à son tour de la BD.


Alexandre Coffre, réalisateur de Les Aventures de Spirou et Fantasio
Alexandre Coffre, réalisateur de Les Aventures de Spirou et Fantasio

Les Aventures de Spirou et Fantasio, le film : Un excellent casting


Si l’entreprise est viable, le choix des interprètes s'avère primordial. Sur ce plan, Les Aventures de Spirou et Fantasio convainc plutôt. Thomas Solivéres et Alex Lutz sont tout à fait crédibles dans les personnages iconiques que sont Spirou et Fantasio. Christian Clavier en Champignac était un choix un peu plus risqué, mais l'acteur s'en sort bien.

Géraldine Nakache – qui retrouve l’univers de Franquin après avoir joué dans Sur la piste du Marsupilami (2012) – se débrouille correctement dans le rôle de Seccotine. On se réjouit que ce personnage, trop peu présent dans la BD, ait une partition étendue. Hélas, sa présence dans l’action est trop accentuée et déséquilibre la deuxième partie du film.


Fantasio (Alex Lutz) et Seccotine (Géraldine Nakache) dans Les Aventures de Spirou et Fantasio, réalisé par Alexandre Coffre (2018)
Fantasio (Alex Lutz) et Seccotine (Géraldine Nakache) dans Les Aventures de Spirou et Fantasio, réalisé par Alexandre Coffre (2018)


En revanche, Ramzy Bédia en Zorglub est un atout maître pour Les Aventures de Spirou et Fantasio ! Physiquement, c’est bluffant, et l’acteur y met énormément d’énergie, quitte à en faire trop. Mais cela correspond à la (légère) mégalomanie du personnage !

Charlotte Gabris (Marie), Ramzy Bédia (Zorglub), et Vincent Desagnat (Claude) dans Les Aventures de Spirou et Fantasio
Charlotte Gabris (Marie), Ramzy Bédia (Zorglub), et Vincent Desagnat (Claude) dans Les Aventures de Spirou et Fantasio


Mention spéciale pour le tandem Charlotte Gabris-Vincent Desagnat dans leurs rôles de "personnes à tout faire" de Zorglub. Ils passent leur temps à se chamailler pour savoir qui est le préféré du patron. 

Placées au second plan, ces saynètes apportent une touche d’humour savoureuse (Franquin aimait placer des personnages récurrents dans des intrigues secondaires, comme le chat et la mouette rieuse de Gaston). 

Côté personnages, Les Aventures de Spirou et Fantasio coche donc la case avec brio. 


Encore une origin story  


Quelle histoire raconte-t-on ? 
Evoquer le passé des héros aurait pu être une bonne idée, car c’est un point qui est absent des albums. Le film raconte donc une histoire originale. Le scénario dit comment Spirou et Fantasio se sont rencontrés et ont été amenés à travailler ensemble. 

Les Aventures de Spirou et Fantasio tombe donc d’emblée dans un récit stéréotypé, avec les petits clins d’œil aux fans de la BD pour bien montrer où on est (une posture systématique des récents films de super-héros, qui peut marcher, mais finit par lasser).

Thomas Solivéres (Spirou) et Alex Lutz (Fantasio) dans Les Aventures de Spirou et Fantasio
Thomas Solivéres (Spirou) et Alex Lutz (Fantasio) dans Les Aventures de Spirou et Fantasio


Pourtant, l’ouverture était intéressante avec la peinture de caractères pas forcément laudatifs de nos héros. La situation initiale n'était pas non plus des plus réjouissantes pour chacun d’eux mais ça ne va pas très loin. Le début contient en germe le problème majeur de Les Aventures de Spirou et Fantasio : le spectateur passe donc un bon moment mais n’est jamais surpris.


Le Professeur Champignac (Christian Clavier) dans Les Aventures de Spirou et Fantasio
Le Professeur Champignac (Christian Clavier) dans Les Aventures de Spirou et Fantasio

Plus grave, certaines scènes sont trop longues, d’autres absolument pas drôles surtout parce qu’elles virent au ridicule voire au grossier. Pour le coup, nous ne sommes plus du tout dans l'atmosphère de Spirou ! Pour comparer avec une récente adaptation de BD franco-belge, Alexandre Astier avait peut-être rendu Astérix trop sérieux, mais il était resté fidèle à l'univers de la série.


Un gros manque d'originalité

Une fois la longue phase d’exposition terminée, quand Spirou et Fantasio décident finalement de faire équipe, Les Aventures de Spirou et Fantasio déroule un très banal récit d’aventure dans les décors du Maroc. Rien de désagréable certes mais pas de quoi ébouriffer un écureuil. 
Côté décors également, on a un flagrant manque de moyens avec la base de Zorglub qui se résume en une seule salle et à quelques couloirs. Bien fait là aussi sans plus.

Côté réalisation, Alexandre Coffre anime plutôt bien le récit de ses scénaristes, histoire de masquer son manque d’originalité et a quelques trouvailles pas désagréables (la chute du "champicoptère" à l’aéroport par exemple). Quelques effets spéciaux réussis également.

Thomas Solivéres (Spirou) dans Les Aventures de Spirou et Fantasio
Thomas Solivéres (Spirou) dans Les Aventures de Spirou et Fantasio


Il y avait donc suffisamment d’ingrédients pour créer quelque chose d’intéressant, d’original et de captivant. Faute d’audace, Les Aventures de Spirou et Fantasio est un échec certain tant critique que commercial. La pression va être d'autant plus grande pour la prochaine adaptation de Gaston Lagaffe, série dérivée de Spirou et Fantasio, et autrement plus périlleuse à adapter (l'échec du film de 1981 l'a prouvé). Gaston réussira-t-il là où Les Aventures de Spirou et Fantasio ont été insuffisants ?



Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire :


    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire